FONTS

Prononciation : fon ; l's se lie : des fon-z ornés
Nature : s. m. plur.

Dans l'ancienne Église, vaisseau où l'on pratiquait le baptême par immersion. Aujourd'hui, vaisseau où l'on reçoit l'eau qui tombe pendant l'administration du baptême. Les fonts baptismaux.
Est-ce là ce que vous avez promis sur les sacrés fonts où vous fûtes régénéré en Jésus-Christ ? , BOURD. , Pensées, t. II, p. 344
On garde dans la chapelle de Vincennes les fonts baptismaux qui servent aux enfants de France , SAINT-FOIX , Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 139, dans POUGENS
Tenir un enfant sur les fonts, en être le parrain ou la marraine.
Le cardinal de Richelieu devait tenir sur les fonts Mademoiselle [d'Orléans] , RETZ , I, 23
Fig. et familièrement. Tenir quelqu'un sur les fonts, s'en entretenir en détail, ou le questionner minutieusement.
XIe s.
Le patriarche [il] ocist devant les funz , Ch. de Rol. CXVII
XIIe s.
Tu prendras bapteiement Es fons dignes, saintefiez, ù sauf serras de tes pecchez Par la grace de Jhesu-Christ , BENOÎT , V. 6552
XVe s.
Assez brief vous baptiserai ; Vous venrez [viendrez] où je vous menrai [mènerai] ; Là trouverons les fonz touz prestz , Mystère de Barl. et Jos. dans GUI DE CAMBRAI, p. 417
Il fut requis d'un bourgeois son sujet d'estre parrain et tenir sur les fonts son enfant , LOUIS XI , Nouv. LXX.
Provenç. font, s. f. ; anc. espagn. fonte ; espagn. mod. fuente ; portug. et ital. fonte ; du lat. fons, fontis, fontaine. Dans l'ancienne langue, font est employé souvent pour fontaine, et alors il est d'ordinaire féminin : c'est pour cela qu'on trouve, en noms de lieux, Bellefond, Froidefont, Fontfrède, etc. ; et dans fonts baptismaux, il pourrait, d'après la règle de l'ancienne grammaire, être féminin, comme lettres l'est dans lettres royaux. Mais le masculin se trouve même dans le XIIe siècle ; on peut penser que, pour ce terme, l'usage ecclésiastique avait conservé au mot son genre étymologique. FONTS. Fig. Tenir quelqu'un sur les fonts... Ajoutez :
On tient sur les fonts notre confrère Marinberg ; huit des quarante examinateurs examinent son procédé que l'on tient avoir été très mauvais , Journ. et Mém. de Mathieu Marais, t. IV, p. 196, 1868
On a tenu hier et avant-hier [au parlement] l'évêque de Langres sur les fonts ; le résultat nous fournira de la besogne pour la semaine prochaine , Corresp. inéd. du comte de Caylus avec le P. Paciaudi, Lett. LXXXIV, 4 mars 1764