FONDEUR

Prononciation : fon-deur
Nature : s. m.

1Celui qui fait profession de fondre des métaux. Adj. Maître fondeur. Particulièrement. Celui qui fond les canons, les cloches, les statues de bronze. Fondeur de canons. Fondeur sur métaux.
Il [Louis XI] fit marché à mille écus d'or pour son tombeau avec Conrard de Coulogne orfèvre, et Laurent Wrin, fondeur ; il en fixa lui-même la forme, les dimensions et les ornements , DUCLOS , Hist. Louis XI, Oeuvr. t. III, p. 297, dans POUGENS.
Fondeur en caractères d'imprimerie, ou, simplement, fondeur en caractères, celui qui fabrique des caractères d'imprimerie. Fig. Être surpris, penaud comme un fondeur de cloches, voy. CLOCHE.
2Celui qui, dans les hauts fourneaux, donne issue à la fonte parvenue au degré convenable de fusion. 3Marchand de fonte. Ce métal vient de chez tel fondeur. XIIIe s.
Quiconques veut estre fonderes et moleres [mouleur] à Paris, c'est à savoir de boucles et de mordans, estre le puet franchement, por tant que il sache le mestier , Liv. des mét. 94
XVe s.
4e rang qui sont les mestiers d'entre les mediocres et petits : enlumineurs, fondeurs en sable, fondeurs en terre , Édit, avril 1597
XVIe s.
Plus tounez, comme dit le bas-breton, que fondeurs de cloches , Contes d'Eutrap. ch. 14, f° 71, dans POUGENS
Fondre.