FLIBUSTIER

Prononciation : fli-bu-stié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des fli-bu-stié-z entreprenants
Nature : s. m.

1Aventurier, pirate appartenant à une association d'hommes établis dans quelques îles d'Amérique, et toujours en guerre contre les Espagnols, dont ils capturaient les navires et inquiétaient le commerce, JAL.
Il [un marchand] parle mal de la dureté des flibustiers et de leur peu de fidélité à rapporter tout à la masse après le combat ; car il est permis de prendre lorsqu'on a l'épée à la main , D'ESTRÉES , à Pontchartrain, 23 août 1697, dans JAL
Les flibustiers firent venir des filles de Paris dans la petite île dont ils s'étaient emparés ; et on conte que Romulus, dans un beau spectacle qu'il donna aux Sabins, leur vola trois cents filles , VOLT. , Dict. philos. Population.
Imaginez des tigres qui auraient un peu de raison, voilà ce qu'étaient les flibustiers , VOLT. , Moeurs, 152
La France n'est entrée en partage de cette île [Saint-Domingue] avec l'Espagne que par la hardiesse désespérée d'un peuple nouveau, que le hasard composa d'Anglais, de Bretons et surtout de Normands ; on les a nommés boucaniers, flibustiers ; leur union et leur origine furent à peu près celles des anciens Romains , VOLT. , ib.
Tels furent les flibustiers ; mais quel peuple en Europe ne fut pas flibustier ? les Goths, les Alains, les Vandales, les Huns étaient-ils autre chose ? , VOLT. , Dict. phil. Flibustier.
On ne sait pas d'où vient le nom de flibustiers, et cependant la génération passée vient de nous raconter les prodiges que ces flibustiers ont faits , VOLT. , ib.
2Par extension, brigand, voleur à main armée.
Les premiers rois de Rome étaient des capitaines de flibustiers , VOLT. , Moeurs, Rome.
3Chevalier d'industrie, homme qui vit de rapine et d'escroquerie. Cet homme d'affaires est un flibustier. À l'origine fribustier ; du hollandais vrybuiter ; allem. Freibeuter ; angl. freebooter, maraudeur ; de vry, frei, free, libre, et boot, butin : libre faiseur de butin.