FLEURIR

Prononciation : fleu-rir
Nature : v. n.

1Pousser des fleurs, être en fleur. Entre les arbres l'amandier fleurit des premiers, et le néflier des derniers.
Défrichez cette terre sauvage, faites fleurir comme lui [Apollon] le désert , FÉNEL. , Tél. II
Madame a passé du matin au soir, ainsi que l'herbe des champs ; le matin elle fleurissait, avec quelle grâce vous le savez ! le soir nous la vîmes séchée , BOSSUET , Duch. d'Orl. Par extension, il se dit de la barbe qui commence à pousser à la joue d'un jeune homme.
Veux-tu voir tous les grands à ta porte courir ? Dit un père à son fils dont le poil va fleurir , BOILEAU , Sat. VIII
Fig. Être dans son commencement.
Dans l'un [Télémaque] la sagesse ne fait encore que fleurir ; dans l'autre [Mentor] elle porte avec abondance les fruits les plus mûrs , FÉN. , Tél. X
2Fig. Être dans un état brillant comparé à l'éclat d'un arbre en fleur.
Par ses soins tout nous rit, tout fleurit, tout succède , ROTROU , Venceslas, V, 9
Le juste fleurira comme le palmier, et il se multipliera comme le cèdre du Liban , SACI , Bible, Psaume XCI, 13
Le règne où fleurissent la piété, la justice.... , BOSSUET , Hist. I, 6
Faire fleurir l'agriculture , BOSSUET , ib. III, 5
L'unité catholique, qui a fait fleurir durant tant de siècles l'Église et la monarchie d'Angleterre , ID. , Reine d'Anglet.
Marot, bientôt après fit fleurir les ballades , BOILEAU , Art. p. I
Parmi les doux plaisirs d'une paix fraternelle, Paris voyait fleurir son antique chapelle , BOILEAU , Lutr. I
L'occasion ne peut être meilleure, ni les conjonctures plus favorables, si je désire du moins de fleurir et de prospérer , LA BRUY. , XII
Rien ne rappelle davantage l'idée de l'ancienne Grèce ; car, si les arts fleurirent en Grèce au milieu des guerres étrangères et civiles, ils eurent en Italie le même sort ; et presque tout y fut porté à sa perfection , VOLT. , Moeurs, 121
Il est certain qu'Homère florissait deux générations après la guerre de Troie , ID. , Ess. poésie épique, ch. 2
On peut le mettre [Saint-Évremond] au rang des hommes aimables et pleins d'esprit qui ont fleuri dans les temps brillants de Louis XIV, mais non pas au rang des hommes supérieurs , ID. , Mél. littér. Lett. sur les Français, St-Évrem.
Épris de l'art divin qui fleurit en Provence, Poëte, il a chanté le succès de la France , DELAV. , Vêp. sicil. I, 2
3V. a. Parer d'une fleur, d'un bouquet.
La comtesse : Qui t'a donc fleurie si matin ? - Florence : Madame on ne m'a point fleurie, c'est moi qui ai fait des bouquets , BEAUMARCH. , Mère coup. II, 4 Fig. Fleurir son style, y mettre beaucoup d'ornements, de fleurs.
4Se fleurir, v. réfl. Prendre des fleurs pour en faire un bouquet ou les mettre à sa boutonnière, à son chapeau. Il s'est fleuri en passant dans le parterre. 1. Fleurir, signifiant être dans un état de prospérité, de splendeur, fait à l'imparfait fleurissait et florissait, et toujours florissant au participe présent. Il faut aussi toujours dire florissait quand il s'agit d'une personne ou d'une collection de personnes : Ronsard florissait au seizième siècle ; Athènes florissait sous Périclès. Cependant cette règle, qui est arbitraire, puisque c'est une tentative pour utiliser la double forme que ce verbe a par accident, n'en a pas été une pour tous les bons auteurs.
Hésiode fleurissait trente ans avant lui , BOSSUET , Hist. I, 6
Cet ordre respecté [les dominicains] fleurissait dans la France , VOLT. , Henr. V
Il est certain que les affaires ne sauraient être plus fleurissantes , BALZAC , Lettres, VII, 49
La réputation toujours fleurissante de ses écrits , BOSSUET , Disc. Acad.
2. Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir quand on veut exprimer une action : l'arbre a fleuri aujourd'hui ; avec l'auxiliaire être, quand on veut marquer un état : l'arbre est fleuri depuis longtemps. Mais quand il signifie être dans un état de prospérité, de splendeur, il veut toujours l'auxiliaire avoir.
XIe s.
Charles le vielz, à la barbe flurie , Ch. de Rol. LXXV
Ja estes vous viels et fluriz et blans , ib. CXXXII
XIIe s.
[Espines] poignanz et aspres qui ne peuvent florir , Ronc. p. 155
Adonc florist mes cuers et mes voloir En bone amor.... , Couci, VIII
Dame, mar [à malheur] [je] vi le clair vis et la face Où rose et lis florissent chascun jour , ib. X
À la douzor du temps qui raverdoie Chantent oisel et florissent verger , ib. XX
XIIIe s.
Dont peussiés veoir le bras Saint-George flori tout contre-mont de nés [nefs] et de veissiaus et de galies et d'huissiers , VILLEH. , LXI
Entour la Saint-Jehan que la rose est fleurie , Berte, II
[Elle ne brille] Nient plus qu'en prés fleuris semble gaste bruiere , ib. XI
Et bien sachiés que qui por Diu morra en ceste besoigne, s'ame s'en ira toute florie en paradis par-devant lui , H. DE VALENC. , VII
Bien puet en robes de colors Sainte religion florir , la Rose, 11135
Toute sa teste [celle de la vieillesse] estoit chenue, Et blanche cum s'el fust florie , ib. 347
[Clercs] Qui, quant aus biens du monde, contre raison florissent , J. DE MEUNG , Test. 511
Jadis au tans des anciens Estoit molt maus, mais que li biens Floriscoit plus et ert [était] en face , Barl. et Josaphat, p. 2
XIVe s.
Et avril soit exaussiez, honourez, Qui florist de toutes parts Les prés, les bois et les chams et les pars [parcs] , MACHAUT , p. 130
XVe s.
Pour embelir et fleurir sa mauvaiseté et retraire la roine en Angleterre, et remettre en son danger [pouvoir] et du roi son mari [Édouard II, Isabelle] , FROISS. , I, I, 11
XVIe s.
[Molinet] aux vers fleuris , MAROT , III, 305
Il se doubtoit fort que ses actes seroient beaux et glorieux, mais que, après avoir fleury peu de jours, ilz se feneroient et passeroient incontinent , AMYOT , Dion, 30
Il laissa une posterité qui depuis a flori longtemps au païs , AMYOT , Cimon. 1
Il s'empara de l'Hespagne, laquelle il trouva florissante en nombre de peuples , AMYOT , Sertor. 9
L'eloquence a flori le plus à Rome lorsque.... , MONT. , I, 380
En la saison où la science fleurissait le plus , MONT. , II, 206
Pic. flourir ; provenç. florir ; espagn. florecer ; ital. fiorire ; du latin florere (avec changement de conjugaison), dérivé de flos, floris, fleur. Le présent je fleuris et le participe fleurissant supposent une forme dérivée floriscere. FLEURIR. Ajoutez : 5Terme de tanneur.
S'emploie en parlant du tan, pour désigner, à la surface du tan, des fructifications d'un champignon, l'aethalium septicum, du groupe des myxomycètes , Annales des sciences naturelles, Botanique, 1859, t. XI, p. 154