FLASQUE

Prononciation : fla-sk'
Nature : adj.

1Qui est sans fermeté ni résistance. Des chairs flasques. Le ballon se vida d'air et devint flasque.
Les épis n'ont pas laissé de prendre leur accroissement ordinaire ; ils se sont garnis de grains ; mais tous ou presque tous ces grains sont demeurés flasques ou entièrement privés de farine , BONNET , Lett. div. Oeuv. t. XII, p. 292, dans POUGENS
2Par extension, mou, faible, sans vigueur. Un homme flasque. Il se dit d'un style lâche et traînant, et des auteurs qui ont ce style.
Quel style flasque ! Ce beau nom de machine ronde Que nos flasques auteurs.... Donnaient à l'aventure à ce plat univers , VOLT. , Ép. XXXIX.
Ta muse en masque Est lourde et flasque , BÉRANG. , Troubad.
XIIIe s.
Que Narcissus au cuer ferasche [farouche], Qu'ele ot trové d'amor si flasche , la Rose, 1470
XIVe s.
Trop pou leur tenoit de chanter, Grant talant avoint de mangier ; Chascun cheval estoit bien flac , Liv. du bon Jehan, 2131
XVIe s.
Elles deviennent flacques et languissantes, appetit perdu.... , PARÉ , XVIII, 62
Vous vous abusivez de beaucoup, si vous croyez qu'une damoiselle preferast ces doucets flasques, flouets, mols, et baissants les ailes, à un qu'elle verra estre robuste, fort, adroit , Contes de CHOLIÈRES, f° 222
Disoit que les vers de luy, par luy prononcez, estoient sonoreux et graves ; par autres, flacques et effeminés , DU BELLAY , p. 36, dans RAYNOUARD, Gloss.
Ce qui [boire son soûl au passage d'une rivière] la [une jument] rendit si flacque et refroidie, qu'il feut bien ayséement aprez aconsuyvi [atteint] par ceulx qui le poursuivoient , MONT. , I, 367
Génev. flaque ; lorrain, fiâche ; provenç. flac ; espagn. flaco ; portug. fraco ; ital. fiacco. Dans le français il y a deux formes : flaque, inusité aujourd'hui, et flasque. Flaque vient du latin flaccus, mou ; flasque vient de flaccidus, transformé en flaxidus, flasquidus. Terme d'artillerie. Nom de deux grosses pièces de charpente, qui forment les deux côtés d'un affût de canon. Le genre de ce mot, remarque Richelet, a varié ; la plupart des auteurs techniques le font masculin ; d'autres l'ont fait féminin. L'Académie le fait masculin. XVIe s.
Les ennemis meirent le feu aux flanques, et les bruslerent, de sorte que les dites pieces furent mises sur le ventre , M. DU BELLAY , 510
Martiques estant couché sur le flasque d'un canon pour conteroller le pointeur.... , D'AUB. , Hist. I, 312
Origine incertaine. Le wallon a flache ; Hainaut, flaque, madrier, qui paraît tenir à l'allemand flach, plat ; il est possible, malgré l's, que flasque en dérive. D'un autre côté Scheler le rattache à flanc, que Diez tire du latin flaccidus ; l'exemple de M. Du Bellay qui dit flanque et non flasque, viendrait à l'appui de cette opinion. 2. FLASQUE. - REM. Ajoutez : 2. Les flasques ne sont pas toujours en bois ; ils peuvent aussi être en métal. C'est sur les flasques que reposent les tourillons des bouches à feu. Chacune des planchettes qui servent de panneaux à un soufflet. Terme de marine. Se dit des montants qui portent un guideau. Le même que le précédent. Poire à poudre dont se servent les chasseurs. XVIe s.
Un Allemand de la garde s'estoit fort beu ; le feu print en son flasque [poire à poudre], d'où il lui fit grant desastre aux mains et au visage , PARÉ , IX, 1er discours.
Deux flasques d'argent, gaudronnées, moictié dorées et moitié blanches , DE LABORDE , Émaux, p. 318
À leurs bourdons [des pèlerins] pendait un petit escrit contenant le malheur qui leur avoit causé de vouer leur voyage ; ils avoient sur leurs espaules des manteaux courts, et le flasque à la ceinture , Merlin Cocaïe, t. II, p. 256
Allem. Flasche, bouteille (voy. FLACON). 4. FLASQUE. Ajoutez : 1Bouteille de fer pour le mercure.
La production mensuelle à New-Almaden est de deux mille bouteilles (la bouteille ou flasque étant de soixante-seize livres et demie).... le métal liquide est versé dans des bouteilles en fer dont le bouchon est à vis.... des 50 000 flasques par an que fournit la Californie, 12 000 sont expédiées en Chine , Journ. offic. 20 avril 1874, p. 2580, 1re col.
Dans l'Aunis, fer à repasser d'une forme particulière qui reçoit des charbons allumés, Gloss. aunisien, p. 106. Ce genre de fer à repasser est usité aussi dans les Côtes-du-Nord.