fluter

Prononciation : flû-té
Nature : v. n.

1Jouer de la flûte. Il ne se dit que par ironie ou en plaisantant. Il ne fait que flûter toute la journée. 2Fig. et populairement. Boire beaucoup. Comme il flûte ! Activement.
Alors grand' merveille sera De voir flûter vin de Champagne , CHAUL. , à M. Sonning.
3Sonder le beurre avec l'instrument dit flûte.
Permettons aux commis, capitaines, gardes et autres préposés, de les visiter, sonder et flûter, en sorte néanmoins que le prix des beurres n'en soit diminué , Ordonn. mai 1680
XIIIe s.
Tex amors sunt tantost seües, Qu'il les fleütent par les rues , la Rose, 7784
XVe s.
Cilz jours estoit un mondain paradis ; Car maint firent des arbres chalemeaulx [chalumeaux] Et flojolez, dont floustoient toudis [toujours] , EUST. DESCH. , Poésies mss. f° 75, dans LACURNE
XVIe s.
Apprendre à fluster, et à jouer des tragedies , AMYOT , Eumènes, 3
Fleuter pour le bourgeois [boire beaucoup] , OUDIN , Cur. fr.
Provenç. flautar ; portug. frautar. Comme on voit, la forme ancienne flaüter est de trois syllabes. D'après Diez, c'est une transposition de sons : flaüter pour flatuer, du latin flatus, souffle.