FISTULE

Prononciation : fi-stu-l'
Nature : s. f.

1Terme de chirurgie. Ulcère dont l'entrée est étroite et qui communique avec une cavité naturelle. Fistule lacrymale. Dans le langage vulgaire, fistule s'entend de la fistule à l'anus.
Que la fistule eût gangrené le rectum du cardinal de Richelieu quelques mois plus tôt, les de Thou, les Cinq-Mars et tant d'autres étaient en liberté , VOLT. , Dict. phil. Arrêts de mort
Il [Henri V] mourut à Vincennes le 31 août 1422, d'un mal qu'on appelait alors mal saint fiacre et qui n'était autre, dit-on, que la fistule , SAINT-FOIX , Essais sur Paris, Oeuvres, t. v, p. 227, dans POUGENS
Ulcère en forme de canal étroit, entretenu par un état pathologique local, ou par la présence d'un corps étranger, sans communication avec une cavité naturelle.
2Coup de marteau, coup de ciseau qui, donné mal à propos, endommage la surface du bois. XIIIe s.
Flestre , Mir. de St Louis, p. 391 et 408
XIVe s.
Fistule est ulcere profonde qui a la bouche estroite, le fons aucunefois large, aucunefois non , H. DE MONDEVILLE , f° 89
XVIe s.
Une moyenne coulevrine, estant par aventure trop chargée, ou bien ayant quelque fistule, creva , M. DU BELLAY , 66
Provenç. et espagn. fistola ; ital. fistula ; du lat. fistula, flûte. L'ancienne forme flestre est régulière : fistula avec l'accent sur fis a donné fistle, festle, et, avec transposition de l, flestre.