FILLETTE

Prononciation : fi-llè-t', ll mouillées, et non fi-yè-t'
Nature : s. f.

1Petite fille, jeune fille.
C'est un billet doux qu'une fillette aura glissé dans sa main en passant , BEAUMARCH. , Mar. de Fig. IV, 9
À courir les fillettes.... Il s'est couvert de dettes , BÉRANG. , Pet. h. gris.
Il a pour guide une fillette , BÉRANG. , Av. de Bagnolet.
Rosalie est le nom de la brune fillette Dont l'inconstant hasard m'a fait maître et seigneur , A. DE MUSSET , Poésies nouv. Idylle.
2S'est dit pour alevin. Poisson nourrain, autrement fillette, Déclar. du roi, nov. 1640, Tarif. 3Fillettes du roi, chaînes très pesantes que Louis XI fit faire pour certains prisonniers. Bonjour lunettes, adieu fillettes, c'est-à-dire quand on commence à vieillir, il faut renoncer à faire le galant. XIVe s.
Or avant, mes fillettes, ce lor disoit Bertrant, La plus poure de vous aura assez vaillant , Guesclin. p. 4507
XVe s.
La dicte Jeanne ordonna que toutes les gens de guerre se confessassent et se missent en estat d'estre en la grace de Dieu ; si leur fist oster leurs fillettes et laisser tout le bagaige , Chr. de la Pucelle, chap. 44
Brusselle, adieu, où les bains sont jolys, Les estuves, les fillettes plaisans ; Adieu beauté, leesse et tous deliz , EUST. DESCH. , Poésies mss. f° 173
Fillettes de pis [courtisanes] , DU CANGE , filheta.
Autrefois [Louis XI] avoit fait faire à des Allemans des fers très pesans et terribles.... et les appeloit l'on les fillettes du roy , COMM. , p. 510, dans LACURNE
XVIe s.
C'est trop souffert de peine et marrisson Pour le plaisir d'une jeune fillette , MAROT , II, 237
Diminutif de fille ; bourguign. fillôte. FILLETTE. - HIST. Ajoutez : XIIIe s.
Feme al conte Florent de Frisse, Ki del conte, ki mors estoit, Une biele fillaite avoit , PHILIPPE MOUSKES , Chronique, V. 17933
Sa fillette [il] fait baptiser, En fons lever et pressignier , Richars li biaus, V. 123