fierement

Prononciation : fiê-re-man
Nature : adv.

1D'une manière fière, hautaine Regarder fièrement.
Moi qui contre l'amour fièrement révolté , RAC. , Phèdre, II, 2
Lui, fièrement assis et la tête immobile , RAC. , Esth. II, 1
Rien n'est plus indécent et plus insensé que de décider fièrement sur ce que l'on ignore , MASS. , Carême, Doutes s. la relig.
2Avec courage, bravement.
Déjà les deux armées.... Se menaçaient des yeux, et, marchant fièrement.... , CORN. , Hor. I, 4
Ces sénateurs courbés sous le fardeau des ans, Attendaient fièrement sur leur siége immobiles Les Gaulois et la mort avec des yeux tranquilles , VOLT. , Henr. IV
Trop fièrement philosophe pour respecter l'ingratitude sur le trône, et trop sensible à cette ingratitude , VOLT. , Lett. Mme Denis, 20 déc. 1753
Les veuves indiennes, quelque penchant que tout être sensible ait pour sa conservation, se déterminent assez fièrement au sacrifice de leur vie , RAYNAL , Hist. phil. I, 8
Ils passèrent fièrement au milieu de la flotte espagnole qui n'osa pas tirer un coup de canon : elle craignait même d'être attaquée et battue , RAYNAL , ib. X, 10
3Peindre fièrement, coucher les couleurs hardiment et à grands coups. Ce tableau est fièrement touché. Fièrement dessiné, dessiné à traits grands et hardis.
Le Brun fièrement dessinait , VOLT. , Temple du goût.
Il se dit, dans un sens analogue, des peintures faites par le style.
Énée et Turnus ne sont beaux que dans deux ou trois moments ; Mézence seul est fièrement dessiné , CHATEAUB. , Génie, II, II, 10
4Dans le langage populaire, extrêmement, fortement. On l'a fièrement tancé. XIe s.
Moult fierement [il] commence sa raison , Ch. de Rol. X
XIIe s.
Dunc l'aveit li buens prestre fierement regardé , Th. le mart. 44
David guerria fierement les Philistins, e mult les abaissad , Rois, p. 146
XVe s.
Ils sacherent les espées, dont ils se rencontrerent fierement et se combattoient main à main , FROISS. , II, II, 6
Fière, et le suffixe ment ; provenç. feramens ; espagn. et ital. fieramente.