FI

Prononciation : fi
Nature : interj.

Exprime le blâme, le dédain, le mépris. Fi ! c'est mal, c'est honteux.
Ah ! quel honteux transport ! fi ! tout cela n'est rien , MOL. , Femm. sav. V, 5
Ma robe vous fait honte ; un fils de juge, ah ! fi ! , RAC. , Plaid. I, 4 Se construit avec la préposition de.
Adieu donc ; fi du plaisir Que la crainte peut corrompre ! , LA FONT. , Fabl. I, 9
Ses dernières paroles [de Marguerite d'Écosse] furent : Fi de la vie ! qu'on ne m'en parle plus , DUCLOS , Hist. Louis XI, Oeuv. t. v, p. 63, dans POUGENS
Faire fi d'une chose, la dédaigner Fi donc, se dit surtout quand on entend exprimer quelque chose qui blesse la délicatesse, et aussi quelque chose d'équivoque et de gaillard.
Hé fi donc, monsieur, vous me faites rougir , DANCOURT , Foir. de Besons, sc. 8
XIIIe s.
Honis soit-il et ses preechemens, Et honis soit qui de lui ne dit fi ! , HUES D'OISI , Romanc. p. 103
Fi de richesse ! fi d'avoir ! Miex valent d'amours deus baisiers Que pleine bourse de deniers , Bl. et Jeh. 2292
De par ma langue [je] vous desfi ; Vous en yrez de fi en fi [de mal en pis] Jusqu'en enfer le roié , RUTEB. , 247
XVe s.
Fy de l'avoir, se beauté n'est en femme Et la bonté ; je ne veuil que gent corps, Doulz et courtois ; il n'est si biaux tresors D'omme, d'avoir courtoise et belle dame , E. DESCH. , Poésies mss. f° 439, dans LACURNE
Fy de fortune, fy d'amour mondaine, fy du monde ; car tout est faulx , Perceforest, t. IV, f° 151
XVIe s.
Fy d'avoir qui n'a joie, et d'amour sans monnoye , COTGRAVE ,
Le latin fi, phi, ou phy, interjection qui a un sens un peu différent, exprimant l'étonnement, la surprise.