FEUILLER

Prononciation : feu-llé, ll mouillées, et non feu-yé
Nature : v. a.

1Terme d'eaux et forêts. Feuiller le fourneau, recouvrir un fourneau à charbon d'une couche de feuilles vertes, qu'on recouvre à son tour de frasil et d'un peu de terre. 2Terme de peinture. Représenter le feuillage des arbres. J'ai esquissé les arbres de mon paysage, mais il me reste à les feuiller. Absolument. Ce paysagiste feuille bien. S. m. Terme de peinture. Feuiller, synonyme de feuillé. 3Terme de menuisier. Faire une feuillure. Feuiller une planche. 4V. n. Prendre des feuilles, se garnir de feuilles. Ces arbres commencent à feuiller. 5Se feuiller, v. réfl. Se garnir de feuilles. XIIe s.
Et la verge Aaron, où Deus sa vertud mustrad ; kar, en une nuit, fuilli, e fluri, e fruit portad , Rois, p. 2
XIIIe s.
Par le jardin où ot [il y eut] mainte ente bien feuillie , Berte, II
XVIe s.
S'il estoit trouvé, parmi les bons clous, aucuns mauvais clous feuillez [s'en allant par petites lames] , Ordonn. 14 août 1501
Feuille ; Berry, folié, fueillé ; provenç. folhar, foillar, fuelhar, fulhar ; ital. fogliare. FEUILLER. 2S. m. Ajoutez :
Son feuiller est léger et de bon goût, ses lointains sont merveilleux pour leur richesse , P. J. MARIETTE , dans DUMESNIL, Hist. des amat. franç. I, 260
5Ajoutez :
L'observation de M. Heer, que des arbres d'Europe ou des États-Unis, comme le hêtre et le tulipier, plantés à Madère, se feuillent sous des moyennes de température bien plus élevées que dans leurs pays d'origine , DE CANDOLLE , Acad. des sc. Comptes rend. t. LXXX, p. 1370