FEUDATAIRE

Prononciation : feu-da-tè-r'

1S. m. Celui qui possède un fief avec foi et hommage au seigneur suzerain.
Le duc Robert fit hommage de la Sicile même qu'il n'avait point encore, il se déclara feudataire du saint-siége pour tous ses États, promit une redevance de douze deniers par chaque charrue, ce qui était beaucoup , VOLT. , Moeurs, 40
L'état despotique se conserve par une autre sorte de séparation qui se fait en mettant les provinces éloignées entre les mains d'un prince qui soit feudataire , MONTESQ. , Esp. IX, 4
2Adj.
Il [le khan de Crimée] était comme les princes feudataires d'Allemagne, qui ont servi l'Empire avec leurs propres troupes subordonnées au général de l'empereur allemand , VOLT. , Russie, II, 1
Les conciles étaient composés de prélats de tous les pays, et partout ils avaient l'immense avantage d'être comme étrangers aux peuples pour lesquels ils faisaient des lois ; ces haines, ces amours, ces préjugés feudataires qui accompagnent ordinairement le législateur étaient inconnus aux pères du concile , CHATEAUBR. , Génie, IV, VI, 10
Feud, feod, anciennes formes de fief (voy. ce mot).