FESTIN

Prononciation : fè-stin
Nature : s. m.

Repas somptueux.
Dans les festins que nous faisons ensemble, ou plutôt que vous me faites, je ne dois parler que pour dire grâces , VOIT. , Lett. 90
Ce festin dura longtemps, ayant continué pendant cent quatre-vingts jours , SACI , Bible, Esther, I, 4
Les violons sont retenus, le festin est commandé , MOL. , Mar. f. 14
Il faut que je dîne chez M. de Rennes ; ce sont des festins continuels ; ah ! mon Dieu, quand pourrai-je mourir de faim ! , SÉV. , 447
Moi qui ne compte rien, ni le vin, ni la chère, Si l'on n'est plus au large assis en un festin Qu'aux sermons de Cassagne ou de l'abbé Cotin , BOILEAU , Sat. III
Tous mes sots à l'instant, changeant de contenance, Ont loué du festin la superbe ordonnance , BOILEAU , ib.
Il veut que d'un festin la pompe et l'allégresse.... , RAC. , Brit. v, 1
Bourreau de votre fille, il ne vous reste enfin Que d'en faire à sa mère un horrible festin , RAC. , Iphig. IV, 4
Les fous font les festins, et les sages les mangent , DANCOURT , Sancho Pança, II, 1 Festin royal, festin qu'un roi donne en certaines occasions solennelles. Familièrement. Il n'y avait que cela pour tout festin, il n'y avait que cela à manger. Il n'est festin que de gens chiches, les gens parcimonieux sont magnifiques dans les occasions d'éclat.
XVe s.
J'aime la compaignie Où sont mes bons amis ; Mais le festin m'ennuie Où n'y a point de ris , BASSELIN , XXVI
XVIe s.
Il a esté au festin de Martin baston [il a été rossé] , COTGRAVE ,
Voy. FESTINER. FESTIN. Ajoutez : 2Nom donné, dans le comté de Nice, aux fêtes locales de chaque village, L. GUIOT, Mém. Soc. centr. d'Agric. 1875, p. 244.