FERRURE

Prononciation : fè-ru-r'
Nature : s. f.

1Garniture de fer. La ferrure d'une porte. Terme de marine. Ferrures du gouvernail, pentures qui suspendent le gouvernail à l'étambot. 2Terme de maréchal. Opération qui consiste à adapter des fers convenables sur le sabot du cheval, de l'âne, du mulet et sur les onglons du boeuf. Manière de ferrer. Ferrure à la française. L'ensemble des fers que porte actuellement un animal. Ce cheval a perdu une partie de sa ferrure. Ferrure chirurgicale, ferrure qui a pour but soit de remédier aux maladies de la corne, ou aux vices d'aplomb, soit de servir d'appareil complémentaire pour faciliter l'application des pansements sur le pied, à la suite d'opérations chirurgicales. XIIIe s.
Nus barillier ne puet ovrer de nul fust, se il n'est ses [sec], c'est à savoir après ce que li baris ait esté parés un mois, avant que on meste la ferreure desus , Liv. des mét. 103
Ces fremaux d'or à pierres fines à vos cols et à vos poitrines, Et ces tissus et ces ceintures Dont tant coustent les ferreüres , la Rose, 9326
XIVe s.
À Bauduin ie fevre, pour une fierure mise à l'artillerie , CAFFIAUX , Abattis de maisons, p. 13
XVIe s.
Tout doré est celuy [le trait] qui la procrée [l'amour], Et a ferrure aguë, clere et coincte , MAROT , IV, 37
Il faut que le bon homme [le paysan] paye la ferrure des chevaux, rabillage des selles, croppiere et autres equipages , FROUMENTEAU , Finances, III, p. 392
Ferrer ; provenç. ferradura ; espagn. herradura ; ital. ferratura.