FERMEMENT

Prononciation : fèr-me-man
Nature : adv.

1D'une manière ferme, avec vigueur. S'appuyer fermement. 2D'une manière ferme, invariablement, constamment.
Il était fermement persuadé que l'année était de trois cent soixante-cinq jours et un quart, malgré la nouvelle philosophie de son temps , VOLT. , Zadig, 1
Les miracles sont faits Pour qui veut fermement la mort ou le succès , SAURIN , Spartac. III, 4
XIIIe s.
De sa cemise estreitement [il] Bende sa plaie fermement , MARIE , Gugemer.
Et sa nature [de l'aigle] est de esgarder contre le soleil si fermement, que si oil [ses yeux] ne remuent goute , BRUN. LATINI , Trésor, p. 196
Li quens Looys de Blois et de Chartain, qui malades avoit esté ne encores n'estoit mie fermement gueris, remest en Constantinoble , VILLEH. , CXIII
XIVe s.
Tien fermement que cellui n'est pas bien enseigné qui ne scet avoir patience , Ménagier, I, 9
XVe s.
Il jurera aussi secondement Qu'en ung seul lieu aimera fermement , CH. D'ORL. , 1
XVIe s.
Titus demouroit fermement amy de ceulx à qui il avoit une fois fait plaisir , AMYOT , Flamin. et Philop. 2
Ferme 1, et le suffixe ment ; provenç. fermamen ; catal. fermament ; espagn. et portug. firmemente ; ital. fermamente.