fenetrage

Prononciation : fe-nê-tra-j'
Nature : s. m.

1Terme d'architecture. L'ensemble des fenêtres d'une maison. Le fenêtrage de ce palais est tout de chêne, d'acajou. L'ordre, la disposition des jours, des fenêtres d'un édifice. 2
Autrefois, nom donné à des arcades, à des encadrements à jour en plein cintre ou en ogive selon la date ; quelquefois aussi à des niches de ces mêmes formes , DE LABORDE , Émaux, p. 311
XIIIe s.
Paages, fenestrages [sorte d'impôt] , DU CANGE , fenestragium.
XIVe s.
Une croix d'or, et ou pied du croisillon est une ymage de Nostre Dame en un fenestrage, esmaillé d'azur , DE LABORDE , Émaux, p. 311
XVe s.
Fut l'artillerie drecée contre un pan de mur, entre deux tours, et voyoit on bien par les fenestrages que celui pan ne pouvoit avoir gueres grand force , O. DE LA MARCHE , liv. I, p. 394, dans LACURNE
XVIe s.
En toute la ville n'avoit maison plus percée de fenestrages ny mieux eclairée que la sienne , Nuits de Straparole, t. II, p. 359, dans LACURNE
Fenêtrer.