FEMELLE

Prononciation : fe-mè-l'
Nature : s. f.

1Animal du sexe féminin. La femelle du singe.
La femelle des oiseaux de rapine est plus grande, plus forte, plus hardie et plus adroite que son mâle ; mais la femelle des oiseaux qui ne vivent point de rapine est plus petite et n'est pas si belle que son mâle , TARDIF , Fauconnerie, 1re partie, ch. 1, dans RICHELET
Il est, dans les femelles, des temps marqués pour la génération ; les mâles les attaqueraient vainement en d'autres temps, elles les repousseraient ou se soustrairaient à leurs recherches , BONNET , Contempl. nat. XIe part. ch. 4
2Il se dit des femmes en termes de succession et de généalogie.
Dans les deux premiers degrés de succession, les avantages des mâles et des femelles étaient les mêmes , MONTESQ. , Esp. XVIII, 22
3S'emploie familièrement lorsque l'on parle de femmes en mauvaise part. C'est une adroite femelle.
Le père mort, les trois femelles Courent au testament, sans attendre plus tard , LA FONT. , Fabl. II, 20
Le galetas devint l'antre de la sibylle ; L'autre femelle avait achalandé ce lieu , LA FONT. , ib. VII, 15
Cette passion Était crue avec l'âge au coeur des deux femelles , LA FONT. , Matr. Par plaisanterie.
Nous la trouvâmes [Mme de Chaulnes] accompagnée pour le moins de quarante femmes ou filles de qualité ; pas une qui n'eût un beau nom ; la plupart étaient les femelles de ceux qui étaient venus au-devant de nous , SÉV. , 447
4Adj. Un serin femelle. Une perdrix femelle. Fig. C'est un démon femelle, se dit d'une femme très méchante. Familièrement. Le peuple femelle, les femmes.
Cette opinion de la place qu'elle [Mme de Saint-Simon] allait remplir se trouva répandue parmi le peuple femelle de la cour , SAINT-SIMON , 272, 177
5Terme de botanique. Il se dit de l'organe destiné à donner le fruit. Le pistil est l'organe femelle. Fleur femelle, celle qui ne porte que des pistils. Palmier femelle. Épi femelle. 6Duché femelle, celui qui pouvait être possédé par les femmes.
Les duchés d'Albret et de Château-Thierry ne sont point femelles dans leur première érection , SAINT-SIMON , 19, 226
7Dans le langage de différents arts, se dit des parties qui en reçoivent d'autres. La branche femelle des forces, celle qui est fixée à la table du tondeur. Il se dit par opposition à la branche mâle, qui est mobile. Bout femelle d'un tuyau de conduite, celui dans lequel entre le bout mâle. En chirurgie, branche femelle d'un instrument à deux branches, celle qui reçoit l'autre à coulisse ou de toute autre manière. Terme de marine.
Mâles et femelles sont des noms que quelques-uns donnent aux gonds et aux rosettes qui servent de ferrure pour suspendre le gouvernail à l'étambot , DESROCHES , 1687, dans JAL
Substantivement, une femelle, morceau de fer scellé dans le mur et creusé pour recevoir le pivot d'un vantail de porte cochère.
8Terme de commerce. Femelle claire, plume d'autruche noire et blanche dans laquelle le blanc domine. Femelle obscure, la même espèce de plumes, lorsqu'il y a plus de noir que de blanc. Les effets sont des mâles, et les promesses sont des femelles, c'est-à-dire il n'y a d'assuré et de ferme que les actes. XIIIe s.
La femelle de l'oliphant Aproisme [s'approche] à l'erbe maintenant , DU CANGE , approximare.
Et de ce droit descent jeointure de male et de fumele que nos apelons mariage , Liv. de Just. 2
XVIe s.
Le masle n'a la fumelle en mespris , J. MAROT , v, 287
Incontinent, desloyalle femelle, Que j'aurai faict et escrit ton libelle, Entre les mains le mettray d'une femme Qui appellée est Renommée ou Fame , MAROT , I, 361
Wall. frumèle ; namur. fumèle ; Hainaut, fuméle, feuméle ; Berry et pic. fumelle ; provenç. femel ; du lat. femella, diminutif de femina, femme (voy. FEMME). FEMELLE. 4Ajoutez : Bavardages femelles, bavardages de femmes.
Je suis surpris.... qu'un homme d'autant d'esprit daigne faire attention à ces petits bavardages femelles , J. J. ROUSSEAU , Lett. à du Peyrou, 19 juill. 1766