FAUSSAIRE

Prononciation : fô-sê-r'
Nature : s. m.

1Celui qui fait un faux acte, une fausse signature, ou qui altère un acte authentique.
On aimera mieux qu'un faussaire [un homme qui aurait fabriqué les prophéties] soit prophète, qu'Isaïe, ou que Jérémie, ou que Daniel [le soit] , BOSSUET , Hist. III, 13
Ne connaîtrais-tu pas quelque honnête faussaire Qui servît ses amis ?... , RAC. , Plaid. I, 5
Un calendrier universel et perpétuel qui découvrît la fausseté d'un titre qu'on donnait pour ancien, et fît condamner les faussaires , FONTEN. , Sauveur.
Il passait pour le plus habile faussaire de son temps ; c'était lui qui avait fabriqué, sous le nom de Calixte III, les bulles qui permettaient au comte d'Armagnac d'épouser sa soeur , DUCLOS , Hist. de Louis XI, Oeuvres, t. III, p. 275 Double faussaire, faussaire renforcé, faussaire sans scrupule.
Endurcis-toi le coeur, sois arabe, corsaire, Injuste, violent, sans foi, double faussaire , BOILEAU , Sat. VIII
Adjectivement.
Voilà ce qui s'appelle un gros mensonge imprimé ; il y a même, dans cette fiction, je ne sais quoi de faussaire qui me fait de la peine , VOLT. , Lett. Colini, 21 oct. 1677
2Il se dit quelquefois pour menteur, trompeur.
Ah ! mes yeux.... Si vous ne m'abusez, si vous n'êtes faussaires, Vous êtes de mon heur les cruels adversaires , CORN. , Clit. I, 1
Mais pour quelques vertus si pures, si sincères, Combien y trouve-t-on d'impudentes faussaires ! , BOILEAU , Sat. X
XIIIe s.
Il met son aversaire en peril d'estre faussaires , BEAUMANOIR , XXXV, 4
XIVe s.
La contrefaçon des monnoyes que les malicieux faussaires ont faites, au temps passé, en coings semblables aux nostres , Ordonn. des rois de Fr. t. II, p. 429
Jà est Fedris fausairez [qui fausse son serment] aprouvez clerement à l'encontre Huon, le roy ù Franche apent , Hugues Capet, v. 4755
XVIe s.
Bien au rebours promet l'eternel aux faussaires De leur rendre sept fois et sept fois leurs salaires , D'AUB. , Tragiques, III
Cette gent faussaire , D'AUB. , ib. IV
Provenç. falsari ; espagn. et ital. falsario ; du latin falsarius, de falsare (voy. FAUSSER).