FASTES

Prononciation : fa-st'
Nature : s. m. plur.

1Les tables du calendrier des anciens Romains. Les jours malheureux étaient marqués dans les fastes. Les fastes consulaires, registre qui contenait, outre les triomphes, les noms des consuls, des dictateurs et des censeurs. Il se dit quelquefois, dans le style élevé, pour calendrier en général.
Il était beau pour la France de voir ses simples religieux régler à la Chine les fastes d'un grand empire , CHATEAUBR. , Génie, IV, IV, 3
2Fig. et dans le style soutenu, registres publics contenant le récit des faits mémorables. Les fastes sacrés de l'Église, le martyrologe. Fig. Les monuments écrits qui conservent le souvenir et la suite des événements.
Il vous rend tout ; il veut de votre illustre zèle Dans nos fastes garder la mémoire éternelle , LA FOSSE , Manl. IV, 7
Le mensonge réside au temple de mémoire ; Il y grava des mains de la crédulité Tous ces fastes des temps destinés pour l'histoire Et pour la vérité , VOLT. , Odes, 5
Inscrire son nom dans les fastes de la gloire, se rendre illustre, immortel.
Lat. fasti, sous-entendu libri, les livres où étaient marqués les jours d'audience, de fas, justice, de fari, prononcer. FASTES. Ajoutez : - REM. Fastes ne s'emploie pas au singulier, qui a contre lui l'étymologie et l'usage. C'est une faute de dire : un des fastes.
Le but du concours, le siége de Pise par les Florentins, la consécration d'un des fastes de l'histoire de Florence , H. HOUSSAYE , Rev. des Deux-Mondes, 15 fév. 1876, p. 866