FARCIR

Prononciation : far-sir
Nature : v. a.

1Terme de cuisine. Remplir de farce. Farcir un poulet. Par extension. Se farcir, farcir à soi, se remplir. Se farcir l'estomac de viandes. 2Fig. Remplir comme on remplit d'une farce.
Il prit le vert [la couleur verte] et farcit Matta de bleu , HAMILT. , Gramm. 4
De cédrat, de pistaches dont tu farcis la pauvre fille , HAMILT. , ib.
L'empereur cherchait de tous côtés à acheter des troupes, il en farcissait le Tyrol , SAINT-SIMON , 85, 101
Les fadaises dont tant d'historiens ont farci leurs chroniques , VOLT. , Oreilles, 7
Vous aurez le loisir de farcir l'encyclopédie de vérités qu'on n'eût pas osé dire il y a vingt ans , VOLT. , Lett. d'Alemb. 11 Farcir à soi.
Pour mettre quelque choix dans le fatras dont je m'étais farci la tête , J. J. ROUSS. , Confess. III
3Se farcir, être farci. Les dindons se farcissent avec des truffes. XIIe s.
Dunc rova [demanda] que um fesist les povres enz venir ; Les tables en fist l'um del refrictur emplir : Jo crei qu'il pensa d'el [d'autre chose] que del ventre farsir , Th. le mart. 47
XIIIe s.
Atant a Renart envaï [entamé] Un benedicamus farsi à orgue, à treble et à deschant , Ren. 21374
Si li doit feindre noviaus songes, Tous farcis de plesans mençonges , la Rose, 9916
Ou s'il est doubles et lobans [trom peur], D'orguel farcis et de ramposnes , ib. 19017
XVIe s.
On farcissoit ses viandes [d'un roi de Tunis, du temps de Montaigne] de drogues odoriferantes, de telle sumptuosité qu'un paon et deux faisands revenaient à cent ducats , MONT. , I, 393
Provenç. farsir, frasir ; du latin farcire.