FANFRELUCHE

Prononciation : fan-fre-lu-ch'
Nature : s. f.

1Chose très petite, presque sans substance et qui se détruit très facilement.
C'est pour cela qu'il [Rabelais] a employé le mot fanfreluche, qui signifie souvent un papillon qui périt par le feu, venant se brûler soi-même à la chandelle , Lett. de M. Lacrose à M. Le Duchat, dans le Rabelais de 1813, t. I, p. 49
2Terme de dénigrement. Ornement apparent, de peu de valeur et de peu de goût.
Si vous joignez à toutes ces fanfreluches-là des airs évaporés, ce n'est pas pour une dame qu'on vous prendra , GENLIS , Théât. d'éduc. la Lingère, I, 5 Fig.
L'idée qu'on peut faire passer une infinité de lignes courbes entre la tangente et le cercle m'a toujours paru une fanfreluche de Rabelais , VOLT. , Lett. à d'Alembert, 50
XIIIe s.
Elle lui dist tant de bellues, De trufes et de fanfelues , RUTEB. , 295
Que me valent tex [telles] fanfelues ? , la Rose, 9328
XVIe s.
Que les Epicuriens me respondent, veu qu'ils imaginent que tout se fait selon que les petites fanfreluches qui volent en l'air semblables à menue poussiere, se rencontrent à l'aventure ? , CALV. , Instit. 16
Les fanfreluches antidotées , RAB. , Garg. I, 2
Ital. fanfaluca ; bas-lat. famfaluca, famfoluca (Flor. gloss. : Famfaluca graece, bulla aquatica latine dicitur) ; altération du grec bulle (voy. POMPHOLYX).