familierement

Prononciation : fa-mi-liê-re-man
Nature : adv.

D'une manière familière.
Je n'oublierai pas même plusieurs petites circonstances qu'un historien omettrait sans doute, mais qu'un ami, ce me semble, peut dire familièrement à son ami , PELLISSON , Hist. de l'Acad. à M. D. I, I
Suétone rapporte ce que les premiers empereurs de Rome avaient fait de plus secret ; mais avait-il vécu familièrement avec douze Césars ? , VOLT. , Russie, Préf. hist.
J'ai vu, ces jours-ci, le roi de Prusse, et je l'ai vu comme on ne voit guère les rois, fort à mon aise, dans ma chambre, au coin de mon feu, où ce même homme qui a gagné deux batailles venait causer familièrement comme Scipion avec Térence , VOLT. , Lett. d'Argenson, 10 sept. 1742
XVIe s.
Se l'en se doit avoir et contenir vers luy en rien plus familiairement que se il ne eust onques esté ami , ORESME , Eth. 265
Familière, et le suffixe ment ; provenç. familiarment ; espagn. familiarmente ; ital. famigliarmente. FAMILIÈREMENT. - HIST. Ajoutez : XIIe s.
Lo vesque de Spolice, ki ja diz à moi en amistiez familiarement fut joinz , li Dialoge Gregoire lo pape, 1876, p. 168
XIVe s.
Après commansarent à parleir ensamble familiarement , Arch. des miss. scient. 3e série, t. I, p. 282 (texte de Metz)