FALOT

Prononciation : fa-lo ; le t ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des fa-lo-z allumés
Nature : s. m.

1Sorte de grande lanterne.
Le fils de la Feuillade se lassa de faire allumer tous les soirs les falots des quatre coins de cette place [des Victoires] , SAINT-SIMON , 69, 130
La rue où je logeais était sombre et déserte ; Quelques ombres passaient, un falot à la main , A. DE MUSSET , Poésies nouv. Nuit d'octobre. Fig.
Un sot est un falot ; la lumière passe à travers , BEAUMARCH. , Mère coup. II, 8
Terme de blason. Meuble d'armoiries en forme de vase avec un manche. Falot allumé et emmanché, falot dont la flamme et le manche sont d'un autre émail.
2Sorte de grand vase qu'on emplit de suif, de poix-résine et autres matières semblables, et dont on se sert pour éclairer les cours d'une grande maison, les abords d'un lieu de fête, etc. On dit plus ordinairement pot à feu. 3Terme de marine.
Le falot ou fanal est la lanterne dorée sur son chandelier, au plus haut de la poupe ; l'amiral a le falot de trois lanternes, le vice-amiral de deux, et les autres navires de guerre d'une , ÉTIENNE CLEIRAC , 1643, dans JAL
XIVe s.
Olivier de Clisson venoit moult puissamment à falos, à brandons, o [avec] lui hommes cinq cent , Guesclin, 21749
XVIe s.
Combien qu'ils semblassent fallots ardens pour enflamber toute la terre, ils n'estoyent neanmoins que tisons fumans , CALV. , Instit. 156
Phanot , COTGRAVE ,
Bourguign. foilô ; espagn. farol ; ital. falò ; piémontais, farò ; vénit. fanò ; farot dans Nicot ; fanot dans du Cange, au mot fanon ; du grec, brillant, ou phare ; car il s'est fait une confusion entre ces deux mots (voy. FANAL). Il y avait dans l'ancien français faille, provenç. falha, signifiant torche, et venant du lat. fácula, diminutif de fax, torche. 1. FALOT. - ÉTYM. Ajoutez : M. Mantellier, Glossaire, Paris, 1869, p. 31, cite une forme feullet du XVIe siècle. Feulet doit être rapproché du bourg. foilô, et ils dérivent tous les deux de l'ancien franç. faille, torche.