FALAISE

Prononciation : fa-lê-z'
Nature : s. f.

Terres ou rochers escarpés le long de la mer.
Les falaises de la mer en Normandie sont composées de couches horizontales de craie si régulièrement coupées à plomb, qu'on les prendrait de loin pour des murs de fortifications , BUFF. , Addit. théor. Oeuv. t. XII, p. 459, dans POUGENS
XIIe s.
Quistrent [ils parcoururent] tant valées et plaines, Quistrent faloises et montaignes , Brut, ms. f° 108, dans LACURNE
XIIIe s.
Là desrochent li Tur à moult grant encombrier ; Qui chiet [tombe] en la faloise, ja n'en esteut plaidier, Aussi bien li venroit en enfier tresbuchier , Ch. d'Ant. VI, 1027
XVe s.
Mainte falize [l'Angleterre] a sur la mer posée, Haulte et blanche.... , EUST. DESCHAMPS , Ball. de l'Anglet.
XVIe s.
Un banc estoit de sablon amassé, Voisin du bord où Francus fut chassé, Haut de falaize et de bourbe attrainée , RONS. , 609
....Puis voyant le vaisseau Qui le portoit echoué dessus l'eau, Demi-covert de falaize et de bourbe , RONS. , 625
Berry, falaise, le sous-sol graveleux de la Brenne, dans JAUBERT, Glossaire ; wallon, falîje, carrière de pierre ; du h. allem. felisa, rocher ; allem. mod. Fels. Ce mot a eu dans l'ancien français le sens de lieu sablonneux.