FAISAN

Prononciation : fè-zan ; quelques-uns prononcent fe-zan, mais c'est par une mauvaise tendance à l'assimiler au parti
Nature : s. m.

1Oiseau de la famille des gallinacés, de la grosseur d'une poule.
Il suffit de nommer cet oiseau pour se rappeler le lieu de son origine ; le faisan, c'est-à-dire l'oiseau du Phase, était, dit-on, confiné dans la Colchide avant l'expédition des Argonautes , BUFF. , Ois. t. IV, p. 60, dans POUGENS
2Faisan d'eau, le turbot, ainsi dit à cause de la bonté de sa chair. XVe s.
Le suppliant et Jehan Baudelot dirent qu'ilz iroient veoir dedens le bois, se l'on y trouveroit aucuns qui chassaissent aux cocq-Limoges, autrement nommez faisans , DE LABORDE , Émaux, 223
XVIe s.
Faisant bruant [coq de bruyère], vingt deniers, faisant non bruant ou gentil [le vrai faisan], deux sols six deniers , Coustum gén. t. II, p. 467
Faites que soyez secret, luy montrant bon visage ; autrement la queue du faisant se gasteroit [la mèche s'éventerait] , Nuits de Straparole, t. I, p. 85, dans LACURNE
Provenç. faisan, fayhan ; catal. faysá ; espagn. faysan ; portug. faisão ; ital. fagiano ; du latin phasianus, de Phasis, le Phase, fleuve de la Colchide, d'où cet oiseau fut apporté en Occident.