FACTION

Prononciation : fa-ksion ; en vers, de trois syllabes
Nature : s. f.

1Action de faire, au sens propre qui ne subsiste plus que dans un terme d'alchimie : faction de l'oeuvre divin, accomplissement, perfection, achèvement du grand oeuvre. Terme de droit romain. Faction de testament, capacité de faire un testament ou de recevoir par testament, et, en général, d'intervenir dans un testament. 2Il se disait, dans la latinité, pour société de gens qui faisaient la même chose ; de là le nom donné aux différentes troupes de concurrents aux jeux du cirque. Les factions du cirque. 3Parti remuant et séditieux dans un État, dans un corps (sens qui dérive facilement du sens d'association).
Lorsque deux factions divisent un empire , CORN. , Sertor. III, 2
Comme la faction d'Annibal était alors la plus puissante, on n'eut aucun égard aux remontrances d'Hannon , ROLLIN , Hist. anc. Oeuvres, t. I. p. 443, dans POUGENS
Je sais qu'aux factions Syracuse livrée.... , VOLT. , Tancr. I, 1
Les factions gibelines et guelfes divisaient plus que jamais l'Italie ; les Gibelins étaient originairement les partisans des empereurs , VOLT. , Moeurs, 65
Cette faction fut celle des Puritains qui a subsisté longtemps sous le nom de Whigs ; et le parti opposé, qui fut celui de l'Église anglicane et de l'autorité royale, a pris le nom de Torys , VOLT. , ib. 179
Le terme de parti par lui-même n'a rien d'odieux, celui de faction l'est toujours , VOLT. , Dict. phil. Faction.
4La garde que fait un soldat en un poste (sens qui dérive du sens d'action de guerre, d'expédition, qu'a eu faction). Entrer en faction. Faire sa faction. Faction d'une heure. Sa faction est de telle à telle heure.
Il me dit.... Qu'il avait tant servi, tant fait la faction , RÉGNIER , Sat. VIII
La mort lui fut nuit et jour toujours présente ; car il ne connaissait plus le sommeil.... jamais il ne fut si attentif : Je suis, disait-il, en faction , BOSSUET , le Tellier.
Ils regardent l'homme vivant sur la terre comme un soldat mis en faction , J. J. ROUSS. , Hél. III, 21 Relever de faction, retirer un soldat du poste où il avait été placé pour faire la garde. Fig. et familièrement. Attente prolongée. Je n'aime pas à faire faction dans la rue.
XIVe s.
Faction n'est autre chose que aucune aliance privée si come est conspiration ou conjuration ou machination , BERCHEURE , f° 2, verso.
Faction ou operation de melodies , ORESME , Thèse de MEUNIER.
XVIe s.
Limoux, ville du Languedoc, divisée par la Garonne, l'estoit aussi par les deux factions , D'AUB. , Hist. I, 138
Lui et les siens à son exemple ne faisoient plus aucunes factions [gardes] , D'AUB. , ib. II, 385
Le soldat qui estoit en faction à la porte , D'AUB. , ib. 440
En toutes les factions, prises des villes et generallement toutes entreprises qui s'offrirent, il fut toujours des premiers , CARLOIX , I, 2
À la guerre, avant aller aux factions, chascun s'assaye de son costé de gaigner la bonne grace des dieux , LA BOËTIE , 148
Ayant fait resolution d'estre François de faction [en action], comme il l'estoit de naissance , SULLY , Mém. t. IV, p. 83, dans LACURNE
Lat. factionem, proprement pouvoir de faire, de facere, faire.