FACONDE

Prononciation : fa-kon-d'
Nature : s. f.

1Facilité à parler d'abondance. Peu usité en ce sens qui est le sens propre et qui a vieilli. 2Loquacité, incontinence de paroles.
Derrière chaque siége exerçant sa faconde, Et d'un vague intérêt fatiguant tout le monde , DELILLE , Convers. II
XIVe s.
[Je] ne quier veoir la biauté d'Absalon, Ne d'Ulixes le sens et la faconde , MACHAUT , p. 132
XVe s.
J'ay peu science, moins faconde, Et encor prudence mineur ; Et vous me clamez serviteur Digne pour estre en table ronde , CH. D'ORL. , Rondeau de Cadier.
Provenç. et espagn. facundia ; ital. facondia ; du lat. facundia, de facundus, qui a de la faconde, dérivé de fari, parler (voy. FABLE) : fa et le suffixe cundus, suffixe à forme de participe, et d'origine fort incertaine. FACONDE. - HIST. Ajoutez : XIIe s.
Faconde [il] out bone pur parler, Pur grant afere en curt monstrer Renablement [raisonnablement] , Vie de saint Thomas, dans BENOIT, Chronique des ducs de Normandie, t. III, p. 468