FABRIQUE

Prononciation : fa-bri-k'
Nature : s. f.

1Construction d'un édifice ; il ne se dit guère qu'en parlant d'une église. Un fonds destiné pour la fabrique d'une église paroissiale. Par analogie.
Une fabrique si immense [l'univers], un mouvement si rapide et si uniforme, une communication de lumière si constante entre des globes si prodigieusement éloignés, tout cela paraît ne pouvoir être établi que par la même Providence , VOLT. , Dial. XXIX.
2Terme d'architecture. Construction dont la principale décoration consiste dans l'arrangement et l'appareil des matériaux. Ce bâtiment présente de belles fabriques.
La grande fabrique des tours de Notre-Dame, malgré la multitude infinie des petits repos qui en divisent la hauteur et aident l'oeil à les mesurer.... , DIDEROT , Salon de 1765, Oeuvres, t. XIII, p. 234, dans POUGENS. Par extension, toutes constructions qui servent à l'ornement des parcs, des jardins. Une belle fabrique rustique.
Il me semble que, le temple n'étant pas ici un pur accessoire, une simple décoration de fond, il fallait le montrer davantage et n'en pas faire une fabrique pauvre et mesquine , DIDEROT , Salon de 1765, p. 13, dans POUGENS
Terme de peinture. Se dit de tous les bâtiments en général que les peintres représentent, mais plus particulièrement de ceux qui ont plus d'apparence. Les fabriques sont d'un grand ornement dans les paysages.
3Fabrication. Ce drap est de bonne fabrique. La fabrique des étoffes de soie, des draps.
Je ne suis point marquis, mais j'ai bâti des maisons pour toutes mes fabriques, et je leur ai avancé des sommes considérables, sans être secouru d'un denier par le ministère , VOLT. , Lett. d'Argental, 28 juin 1773 Prix de fabrique, prix qu'une marchandise coûte, lorsqu'on l'achète à la fabrique même. De fabrique, se dit de certaines marchandises de médiocre qualité, ainsi dites parce qu'elles sont fabriquées en grande quantité, avec une certaine négligence, et non exprès et avec soin. Couteaux, bas, montres de fabrique. Louis de fabrique, louis qui n'est ni au titre ni au poids. Par extension.
J'y avais montré quelle doit être la fabrique des nerfs et des muscles du corps humain , DESC. , Méth. v, 9
Les animaux reptiles sont d'une autre fabrique [que le renard, le castor] , FÉN. , Exist. 19
Fig. et familièrement. Ces deux hommes sont de même fabrique, ils ne valent pas mieux l'un que l'autre.
4Établissement où l'on fabrique. Monter une fabrique. Il se dit aussi du lieu où l'on fabrique les articles dont on parle. Cette étoffe est de la fabrique de Lyon. Collectivement. Les ouvriers d'une fabrique. Toute la fabrique est en émoi. Fig. Cela sort de sa fabrique. c'est pure invention de sa part. Fig.
Le Goth Jornandez a appelé le Nord la fabrique du genre humain , MONTESQ. , Esp. XVII, 5
5Tout ce qui appartient à une église paroissiale, les fonds et revenus affectés à l'entretien de l'église, l'argenterie, le luminaire, les ornements, etc.
Il fit la division des dîmes en quatre parties pour la fabrique des églises, pour les pauvres.... , MONTESQ. , Esp. XXXI, 12
J'ai vu Mme la duchesse, marraine de nos cloches, donner à la fabrique cinquante louis en or, et dix écus aux pauvres , P. L. COUR. , I, 184 Collectivement. Les marguilliers chargés de l'administration des revenus et dépenses d'une église. Adressez votre réclamation à la fabrique. Place, banc que les marguilliers occupent dans l'église.
XVe s.
En ton dixiesme tu prens toute l'universe fabrique de Dieu, tout ce qui est dedens regnant et logeant , G. CHASTELAIN , Expos. sur verit.
Je vous commande à payer vingt lions d'amende à la fabrique de ceans, et autant à monseigneur , LOUIS XI , Nouv. XCIV
XVIe s.
Timoleon n'espargna pas le chasteau de Syracuse pour la beaulté et magnificence de la fabrique , AMYOT , Timol. 32
Provenç. fabriga ; espagn. et ital. fabrica ; du latin fabrica, de faber, forgeron, charpentier, fevre dans l'ancien français, qu'on retrouve dans or-févre. Faber vient de facere, faire.