feler

Prononciation : fê-lé
Nature : v. a.

1Fendre des parois minces, des bords minces, sans que ces parois, ces bords se séparent. Fêler une bouteille. 2Se fêler, v. réfl. Être fêlé. Ce vase se fêlera si vous le mettez au feu.
Ce bec [du calaos] n'a point de prise ; sa pointe, comme dans un long levier très éloigné du point d'appui, ne peut serrer que mollement ; sa substance est si tendre qu'elle se fêle à la tranche par le plus léger frottement , BUFF. , Ois. t. XIII, p. 203, dans POUGENS Fig. Sa tête se fêle, il devient un peu fou.
XVIe s.
L'os sonne cassé, comme si l'on frappoit sur un pot de terre fellé et rompu , PARÉ , XXVII, p. 653
Feller , OUDIN , Dict.
Wallon, faieler ; namur. fauieler ; Hainaut, foler. D'après Diez, ce mot est pour fesler et vient de fissiculare, qui se trouve dans Apulée avec la signification de fendiller les entrailles des victimes. D'après Grandgagnage, les formes wallonnes indiquent plutôt faille, qui signifie une fente. Comme on ne trouve point fesler, au moins dans les textes que nous avons, l'étymologie donnée par Grandgagnage a sa probabilité. FÊLER. - HIST. Ajoutez : XVe s.
Une coupe de cristal fellée, à ung pié d'or.... non extimée pour ce qu'elle est fellée , Bibl. des ch. 6e série, t. I, p. 428