fecondation

Prononciation : fé-kon-da-sion ; en vers, de cinq syllabes
Nature : s. f.

Action de féconder, résultat de cette action, en parlant des êtres organisés.
Le concours du coq est nécessaire pour la fécondation des oeufs, et c'est un fait acquis par une longue et constante expérience , BUFF. , Ois. t. III, p. 114, dans POUGENS
Les vents ne sont pas les seuls ministres de l'amour des plantes ; une multitude d'insectes ailés s'acquittent du même office ; en volant d'une plante à une autre, ils transportent de l'une à l'autre les poussières vivifiantes qui se sont attachées à différentes parties de leur corps, et opèrent ainsi une fécondation artificielle , BONNET , Contempl. nat. VI, 7
Les ténèbres qui couvraient la fécondation chez les abeilles ont donc commencé à s'éclaircir, mais elles ne sont pas entièrement dissipées , BONNET , ib. XI, 27
M. Spallanzani vient d'instituer des expériences qui prouvent de la manière la plus directe que le germe préexiste dans la graine à la fécondation , BONNET , Consid. corps org. Oeuv. t. v, p. 316, note A, dans POUGENS.
La fécondation s'opère dans les plantes, lorsque les poussières des étamines s'arrêtent sur le stigmate des pistils , CONDORCET , Linné.
Fécondation n'est dans le Dictionnaire de l'Académie qu'à partir de l'édition de 1835. Féconder.