facherie

Prononciation : fâ-che-rie
Nature : s. f.

État d'une personne fâchée.
En tout cas, ce qui peut m'ôter ma fâcherie, C'est que je ne suis pas seul de ma confrérie , MOL. , Sgan. sc. 17
Et je m'en sens le coeur tout gros de fâcherie , MOL. , Éc. des mar. II, 6
Les grands et les petits ont mêmes accidents, mêmes fâcheries et mêmes passions , PASC. , Pens. I, art. 9
La fâcherie que nous donne quelque perte de nos biens , BOSSUET , Libre arb. 2 Brouille. Il y a de la fâcherie entre eux.
FÂCHERIE, HUMEUR. Entre fâcherie et humeur on peut discerner cette nuance : la fâcherie suppose quelque chose qui blesse ou qui brouille : Il survient une fâcherie entre des amis ; on a le coeur gros d'une fâcherie ; la perte d'un procès nous cause une fâcherie. La mauvaise humeur, ou, absolument, l'humeur est un état qui suppose plutôt une contrariété : Il avait projeté de sortir ; voyant que la pluie commençait, il prit de l'humeur. La fâcherie a quelque chose du chagrin ; l'humeur a quelque chose de la colère. De plus, souvent, l'humeur se rapporte à la disposition, au tempérament du sujet. XVe s.
Pourvu qu'il ne vende rien De son bien, S'il boit, j'en suis resjouie ; Car ai tout au long du jour Son amour, Et sommes sans fascherie , BASSELIN , XXXVI
XVIe s.
J'ai perdu des enfants, mais en nourrice, sinon sans regret, au moins sans fascherie , MONT. , I, 310
Fâcher.