EXTORSION

Prononciation : èk-stor-sion ; en vers, de quatre syllabes
Nature : s. f.

Manière violente de prendre ou de se procurer quelque chose. L'extorsion d'un consentement. Il se dit particulièrement de l'argent ou des taxes qu'on lève injustement.
Tout ce qu'on paye pour le maintien de l'ordre public, est de droit et de justice ; ce qu'on lève de plus est extorsion , RAYNAL , Hist. phil. XIII, 51
XIVe s.
Il faisoient sur le peuple grans extorsions , ORESME , Thèse de MEUNIER.
XVe s.
Mais l'en ne verra jà tant faire D'abus, d'excès, d'extorcions, Comme l'en fait aux cours d'eglises , E. DESCH. , Poésies mss. f° 523, dans LACURNE, au mot prise.
XVIe s.
Il lascha la bride aux gens de guerre, qui de là prirent hardiesse de commettre plusieurs extorsions, violences et larrecins , AMYOT , Anton. 13
Provenç. estorsio ; espagn. extorsion ; ital. extorsione ; du lat. extorsionem, de extorsum, supin de extorquere (voy. EXTORQUER). Paré, XV, 65 bis, emploie extorsions dans le sens de torsions, tranchées.