ESTIMER

Prononciation : è-sti-mé
Nature : v. a.

1Déterminer la valeur, le prix de quelque chose. On estime ce cheval mille francs.
Combien estimez-vous cette maison ? En quelque contrée de l'univers que vous alliez, vous y trouverez l'homme aussi fin que vous ; et il ne vous donnera jamais que ce qu'il estime le moins pour ce qu'il estime le plus , RAYNAL , Hist. phil. III, 1 Fig.
Permettez, madame, que j'estime La grandeur de l'amour par la grandeur du crime , CORN. , Sertor. v, 4
2Faire cas, avoir de la considération pour.
J'honore sa vertu, j'estime sa personne , CORN. , Héracl. I, 2
Je vous estime trop pour vouloir rien farder , CORN. , Nicom. I, 2
... Il [Annibal] m'a surtout laissé ferme en ce point D'estimer beaucoup Rome et ne la craindre point , CORN. , ib. II, 3
Son monsieur Trissotin me chagrine et m'assomme, Et j'enrage de voir qu'elle estime un tel homme , MOL. , F. sav. I, 3
Sur quelque préférence une estime se fonde ; Et c'est n'estimer rien qu'estimer tout le monde , MOL. , Mis. I, 1
J'estimai ces bons pères de l'excellence de leur politique , PASC. , Prov. 5
Cet homme [Retz] si fidèle aux particuliers, si redoutable à l'État, d'un caractère si haut qu'on ne pouvait ni l'estimer, ni le craindre, ni l'aimer, ni le haïr à demi , BOSSUET , le Tellier.
Il y a deux choses qu'ils [les hommes] estiment beaucoup.... la vie et l'argent , LA BRUY. , XI
J'ai remis votre lettre au roi, il vous estime autant qu'il peut estimer un hérétique , MAINTENON , Lett. à M. de Villette, 10 juillet 1684
3Croire, réputer, présumer.
Si quelqu'un les regarde.... Estime, mon ami, que c'est un grand miracle , RÉGNIER , Sat. IV
Ils répondirent qu'ils estimaient la place imprenable , VAUGEL. , Q. C. liv. III, dans RICHELET
Et j'estime Que ce peu que j'ai dit est l'avis de Maxime , CORN. , Cinna, II, 1
Quoi que vous estimiez de ma civilité, Je ne me pique point d'insensibilité , CORN. , Suiv. II, 3
Tu m'estimes bien lâche, imprudente rivale , CORN. , Rodog. II, 1
Je n'estime pas que l'homme soit capable de former un projet.... , LA BRUY. , Disc. sur Théophr.
Le plus sûr, c'est d'estimer celle [la forme de gouvernement] où l'on est né la meilleure de toutes , LA BRUY. , X.
Le roi Louis XIII expliqua pendant un quart d'heure l'avis qu'il estimait devoir être suivi , SAINT-SIMON , 6, 87
4Terme de marine. Faire une estime. 5S'estimer, v. réfl. Avoir de l'estime pour soi-même.
Je m'estimais trop peu pour un honneur si grand , CORN. , Hor. II, 2
À l'égard de ceux qui s'estiment à propos de rien, qui sont glorieux de leur rang ou de leurs richesses, gens insupportables et qui fâchent tout le monde... , MARIVAUX , Marianne, 4e part.
Ces peuples s'estimaient sans mépriser les autres nations , RAYNAL , Hist. phil. XVIII, 16
Qui ne s'estime pas perd ses droits à l'estime , DELILLE , Parad. perdu, VIII S'estimer son prix, avoir de soi la juste opinion qu'on doit en avoir. Avoir une estime réciproque. Nous nous estimons l'un et l'autre.
6Déterminer sa propre valeur.
Glocester : Moi, je paie ; à présent tu ne t'appartiens plus. - Tyrrel : Jamais on n'eut sur moi de droit si légitime ; Vous m'avez acheté plus que je ne m'estime , C. DELAV. , Enf. d'Éd. II, 3
7Se croire, se réputer.
Leur brutale vertu veut qu'on s'estime heureux , CORN. , Hor. IV, 4
Avant que de combattre, ils s'estiment perdus , CORN. , Cid, IV, 3
Roxane s'estimait assez récompensée , RAC. , Baj. III, 4
XIIe s.
Et tant des autres que nus [nul] nel peut esmer , Ronc. p. 32
XIIIe s.
Vingt ans avoit Pepins, ainsi [je] l'oï esmer , Berte, III
Sans les autres richesses que je ne sai conter, Qu'à peine les peut-on ne dire ne esmer , ib. XCVIII
XIVe s.
Non obstant que la valeur des choses et dons dessus diz ne soit extimée et declairée en ces presentes , Bibl. des Chartes, 5e série, t. I, p. 80
Ils furent si surprins et orent si grant joie que nul ne le pourroit extimer , Ménagier, I, 9
XVe s.
Adonc je regarday l'entrée Du jardin qui estoit fermée ; Mais comme ma vue estima, Zephirus tost la defferma , LA FONT. , 15
Le conte de Dunoys fort estimé en toutes choses , COMM. , I, 3
Il estima peu leurs requestes et demandes , COMM. , V, 16
XVIe s.
Il ne faut point estimer d'un homme par un seul fait , CALV. , Instit. 826
Il se pourmena un tour ou deux par la salle, pensant bien profundement comme l'on pouvoit estimer , RAB. , Pant. II, 13
Estimant que cela ayderoit à.... , MONT. , I, 15
Je ne l'honore ny ne l'estime [la pratique de la médecine] , MONT. , III, 207
Il fut seul estimé cause et autheur de la guerre peloponesiaque , AMYOT , Péric. 57
Plusieurs estiment que cette deesse Euclia soit Diane, et la nomment ainsi , AMYOT , Arist. 50
Wallon, astimer, évaluer, estimer ; provenç. esmar, estimar ; espagn. et portug. estimar ; ital. stimare ; du latin aestimare, que des étymologistes latins dérivent de aes, argent, et le suffixe tim (comme dans legi-timare) : évaluer en argent. AEstimare avait donné, dans l'ancienne langue, d'après la suppression des voyelles brèves, esmer (d'où l'anglais to aim, viser à, ce qui nous indique qu'on prononçait êmer) ; estimer a été refait sur le latin dans le XIVe siècle.