ENLEVER

Prononciation : an-le-vé. La syllabe le prend un accent grave, quand la syllabe qui suit est muette : j'enlève, j'en
Nature : v. a.

1Faire aller en haut. Ce plateau de la balance enlève l'autre. Fig. et familièrement. Cela enlève la paille, cela est au-dessus de tout, ou cela est décisif, ou cela est singulièrement vif, singulièrement libre ; on dit plus ordinairement cela lève la paille. Fig.
Une force inconnue Enlevait jusqu'à lui mon âme prévenue , VOLT. , Fanat. III, 1
2Emporter, entraîner. Il vint un tourbillon qui l'enleva. Cette crue subite a enlevé tous les ponts. 3Emporter d'un endroit dans un autre. Enlever des matériaux. Enlevez cela de dessus la table.
S'ils avaient enlevé le corps, il leur était évident que Jésus-Christ n'était pas ressuscité et qu'il les avait trompés , BOURDALOUE , Myst. Résurr. de J. C. t. I, p. 330 Il a été enlevé comme un corps saint (voy. CORPS et CORSIN). Enlever un corps, prendre un corps mort pour le porter en terre, ou pour le présenter à l'église.
Un des archers courut au prochain village pour faire enlever le corps mort, et revint avec la nièce du curé et Julien , SCARR. , Rom. com. I, 14
Enlever dans, conduire et transporter dans.
À qui destinez-vous l'appareil qui vous suit ? Venez-vous m'enlever dans l'éternelle nuit ? , RAC. , Andr. v, 5
Fig.
De cette oraison simple où elle était déjà, Dieu l'enlève jusque dans la plus haute contemplation , FÉN. , Serm. pour la fête de Ste Thér.
4Ôter à.
Quelque appui qu'aujourd'hui son crime vous enlève , CORN. , Sertor. v, 7
Il fut par Josabeth à ta rage enlevé , RAC. , Athal. v, 5 Fig.
Qu'à ces tristes pensées mon amitié t'enlève , ANCELOT , Fiesque, I, 2
Il se dit d'un amant, d'une maîtresse qu'on ôte à un autre et qu'on attire à soi.
Oui, j'aime sa maîtresse.... Cependant par mes mains je vois qu'il me l'enlève , CORN. , Cinna, III, 1
Cette même mademoiselle Choin enleva à la plus belle princesse du monde le coeur de M. de Clermont, en ce temps-là officier des gardes , Mme DE CAYLUS , Souvenirs, p. 162, dans POUGENS
Si la comtesse croit l'aimer, elle se trompe : elle n'a voulu que me l'enlever , MARIVAUX , l'Heur. stratag. I, 8
5Terme de guerre. Enlever un poste, une place, s'en emparer de vive force. Enlever des drapeaux à l'ennemi.
Sur un pareil avis, le convoi fut enlevé , ROLLIN , Hist. anc. t. X, p. 145, dans POUGENS Enlever une place, un régiment, un poste, s'en emparer vivement. Terme de marine. S'emparer d'un bâtiment ennemi.
6Ravir, prendre par force. Les voleurs ont tout enlevé.
Un rival odieux, Seigneur, vous enlevait le bien de vos aïeux , VOLT. , Tancr. III, 3
7Causer la mort, en parlant des maladies. Une pleurésie l'a enlevé en peu de jours.
Ils se plaignaient que celui qui était leur roi leur fût si cruellement enlevé , VAUGEL. , Q. C. liv. III, dans RICHELET
Elle [Madame] ne tourna jamais son esprit du côté de la vie ; jamais un mot de réflexion sur la cruauté de sa destinée, qui l'enlevait dans le plus beau de son âge , Mme DE LA FAYETTE , Hist. d'Henr. d'Angl. Oeuvr. compl. t. III, p. 183, dans POUGENS.
Tout semble me prouver que mon fils ne m'est enlevé que par le plus lâche des assassinats , Mme DE GENLIS , Théât. d'éduc. la Curieuse, III, 1
8Terme de commerce. Enlever des marchandises, se hâter de les acheter.
Deux cents exemplaires furent enlevés dans l'espace de douze heures , Mme DE GENLIS , Veillées du chât. t. III, p. 223, dans POUGENS Il se dit aussi pour accaparer. Les gros négociants enlevèrent tout le sucre qui était sur le marché.
9Commettre un rapt. Pâris enleva Hélène. Cette jeune fille s'est laissé enlever.
Quand Mercure vint la reprendre, Notre époux sentit à la rendre Plus de plaisir qu'à l'enlever , LA MOTTE , Fabl. III, 12
Enlever, vous me faites rire.... ce mot ne peut s'appliquer à une petite créature de cet état.... on enlève une fille de qualité, mais on emmène une paysanne , Mme DE GENLIS , Théât. d'éduc. Vrai sage, II, 5 Se faire enlever, se dit d'une femme qui donne les mains à son enlèvement.
10Ôter, arracher. Enlever la croûte d'un pâté, l'écorce d'un arbre. Faire disparaître. Ce savon enlève les taches.
Recewinde voulait enlever les principales causes de séparation qui étaient entre les Goths et les Romains , MONTESQ. , Espr. XXVIII, 7
Par exagération. Enlever le palais, se dit des mets trop chauds ou trop épicés.
11Faire une arrestation. Il fit enlever cet homme en vertu d'un décret de prise de corps.
Je fis enlever et exécuter le duc de Glocester, mon oncle, qui ralliait tous les mécontents contre moi , FÉN. , Dial. des morts mod. dial. 2 Par extension.
S'il est prêt à partir, il peut en ce moment Enlever avec lui son otage aisément , CORN. , Nicom. v, 5
Cet Achille.... Dont la sanglante main m'enleva prisonnière , RAC. , Iphig. II, 1
12Terme de chasse. Enlever la meute, l'entraîner par le plus court chemin là où un chasseur a vu la bête, au lieu de la laisser chasser en suivant la piste. Terme de manége. Enlever un cheval, le porter vigoureusement en avant. Familièrement, faire une chose rapidement. Enlevez-moi cela. 13Ravir, transporter, animer au plus haut point. Cet orateur enlève son auditoire.
Je lis M. Nicole avec un plaisir qui m'enlève , SÉV. , 87
Tout le monde eût aperçu sa peine et sa honte, si la lyre de Mentor n'eût enlevé l'âme de tous les assistants , FÉN. , Tél. VIII
C'est ainsi qu'avec une lyre il [Orphée] apprivoisait les bêtes farouches et enlevait les bois et les rochers , FÉN. , ib.
Le charme de ses paroles enlevait les coeurs , FÉN. , ib. X
Ceux qui joignent le sublime au nouveau, le grand à l'extraordinaire, ne manquent presque jamais d'enlever et d'étourdir le commun des hommes, quand même ils ne diraient que des sottises , MALEBR. , Rech. vér. v, 7
Elle est toute spirituelle dans ses mauvaises humeurs ; elle a des reparties brillantes, qui m'enlèvent , LESAGE , Turcaret, I, 9 Absolument.
On a déjà représenté à Saint-Cyr la comédie ou tragédie d'Esther, le roi l'a trouvée admirable, M. le prince y a pleuré ; Racine n'a rien fait de plus beau ni de plus touchant ; il y a une prière d'Esther pour Assuérus qui enlève , SÉV. , 512
Ils enlevaient par la beauté de leurs harangues , SÉV. , 592
Il était question de son coeur qui est enterré aux Jésuites, il en a donc parlé et avec une grâce et une éloquence qui entraîne ou qui enlève, comme vous voudrez , SÉV. , Lett. du 25 avril 1687
Madame de Fontevrault parlait à enlever, quand elle traitait de quelque matière , SAINT-SIMON , 411, 157
Dans un sens analogue. Obtenir par une sorte de violence.
Où sont ceux qui possèdent le grand art d'enlever la persuasion et de remuer les coeurs de tout un peuple ? , FÉN. , t. XXI, p. 166
Oh ! malheureux l'auteur.... Qui, rempli d'une noble et constante fierté.... Veut par ses talents seuls enlever les suffrages , GILB. , Le 18e s.
Il se dit aussi de l'action exercée sur une multitude, sur une troupe pour la décider, l'entraîner. Ces paroles enlevèrent la foule, qui courut aux barricades. Le colonel enleva son régiment, qui hésitait à marcher sur la batterie.
14Battre le fond d'un chaudron avec le marteau rond. Enlever une pièce de cuivre, en aplanir les bosses au marteau. Terme de serrurerie. Séparer d'une barre de fer le morceau dont on veut faire quelque ouvrage. Enlever une clef. 15S'enlever, v. réfl. Être levé en haut. Le ballon s'enleva dans les airs. Le cheval s'enlevait sur ses jambes de derrière. Être détaché, ôté. L'écorce de cet arbre commence à s'enlever. Être effacé. Les taches d'huile ne s'enlèvent pas facilement. Être acheté avec empressement. Cette marchandise s'enlève rapidement. Se dérober à soi-même.
Quelques pages plus loin, vous retrouvez la vivacité impétueuse de Lovelace, son incorrigible folie, et cette gaîté non plus du vice mais du remords, qui cherche à s'étourdir, à se distraire, à s'enlever à lui-même , VILLEMAIN , Litt. fr. 18e siècle, 2e part. 1re leç.
XIIIe s.
Et Artus prant l'espée ; si l'anlieve autresinc legierement, que rien nule ne li greva , Merlin, f° 74
XIVe s.
Faire et forgier v chaatons, IX virolles à bestelettes et à feuilles enlevées , DE LABORDE , Émaux, p. 310
XVIe s.
Les aureilles avoyent hault enlevées, grandes comme aureilles d'asne , RAB. , Pant. IV, 32
Archelaus conjecturant par le poulcier que les chevaulx enlevoient, ce que c'estoit.... , AMYOT , Sylla, 42
En 2, et lever ; provenç. enlevar.