ENDOCTRINER

Prononciation : an-dok-tri-né
Nature : v. a.

1Donner à quelqu'un une doctrine, c'est-à-dire une croyance, une opinion toute faite.
Mais toujours critiquer en vers pieux et froids, Sans daigner seulement endoctriner les rois ! , GILB. , Apologie. Par extension, ironiquement et en mauvaise part. Donner de l'instruction.
Si vous endoctrinez un enfant dans cette science [la géométrie], qui donne peu d'idées.... , CHATEAUBR. , Génie, III, II, 1
2Donner à quelqu'un certaines instructions pour qu'il fasse ou dise une chose comme on le désire.
Cette Valavoire ne me dit point que vous eussiez été mal, vous l'aviez bien endoctrinée , SÉV. , 358
XIIe s.
Dame Guiborc fu moult de franche orine [origine], Lez lui s'asist, belement l'endoctrine , Bat. d'Aleschans, v. 4697
Li reis Josaphath assist par tute sa terre juges as citez, e cumandad que leal justise tenissent al povre e al riche, e que il endoctrinassent la gent de la lei nostre Seignur, que il ne pechassent , Rois, p. 340
Celuy à cuy tu paroles por lui endoctrineir , ST BERN. , 559
XIIIe s.
Si le conseille et endoctrine Comment il les doit procurer , la Rose, 10258
XVe s.
Je dis et conseille que la bonne ville de Gand envoie par devers le comte sages hommes, bien avisés et endoctrinés de parler , FROISS. , II, II, 53
Et endoctrinoit la duchesse, qui fut moult sage, tous les jours la jeune fille de Baviere , FROISS. , II, II, 229
XVIe s.
Il le feit très bien endoctriner [instruire] par Aristoteles , RAB. , Garg. I, 14
En 1, et doctrine ; provenç. endoctrinar ; ital. indoctrinare.