ENDETTER

Prononciation : an-dè-té
Nature : v. a.

1Charger de dettes. L'achat de cette terre l'a endetté d'une grosse somme. 2S'endetter, v. réfl. Contracter des dettes. Il s'endette tous les jours. XIIIe s.
Honniz soit qui por endeter Laira bone vie à mener ; Adès la voit on eschaper, à quel chief que doie torner , COLIN MUSET , dans Hist. litt. de la Fr. t. XXIII, p. 555
Si despendi largement, et ne prist pas garde à son afaire, et fu povres et endettés , Chr. de Rains, p. 224
Si comme se li meres ou li juré qui ont les besognes à gouverner, fesoient fraude ou malice, par quoy le [la] vile fust desheritée ou endetée , BEAUMANOIR , L, 9
S'il ot mueble, ce fut de dete ; Car qui trop despent, il s'endete , RUTEB. , 275
XVe s.
Quant on nous aura rendu ou restitué ce en quoy le roy d'Angleterre et le royaume est par dette endetté et obligé envers nous , FROISS. , II, II, 166
Suyvit tant le chevalier la pucelle, qu'il la trouva cheuz une sienne cousine, où le chevalier se endetta envers elle d'ung don , Perceforest, t. IV, f° 54
XVIe s.
Tenant son ame et volonté endebtée à sa promesse , MONT. , I, 30
Tout le menu peuple estoit si fort endebté aux riches que.... , AMYOT , Solon, 20
En peu de temps il l'endebta d'une grosse somme de deniers , AMYOT , Anton. 2
En 1, et dette ; provenç. endeptar, endeutar ; espagn. endeudar ; portug. endividar ; ital. indebitare.