ENCHIFRENER

Prononciation : an-chi-fre-né. La syllabe fre prend un accent grave, quand la syllabe qui suit est muette ; enchifrè
Nature : v. a.

Causer un enchifrènement. Cet air froid m'a tout enchifrené. S'enchifrener, v. réfl. Je me suis subitement enchifrené. On trouve au XVIIe siècle enchiferner : Le rhume lui avait tellement embarrassé le nez, il était si fort enchiferné, qu'il ne pouvait prononcer les n, DANGEAU, Disc. II, des consonnes (32). Mais c'est une faute ; car l'Académie de 1696 a correctement enchifrené. XIIIe s.
Nus n'i gardast condicion, Foi, ne veu, ne religion, Se ne fust aucuns forcenés Qui fust d'amors enchifrenés Et loyalment s'amie amast , la Rose, 14340
En 1, et chanfrein, par l'intermédiaire de chinfreneau ; le sens, qui était général, comme on voit à l'historique, s'étant particularisé au rhume assimilé à un chanfrein.