ENCAN

Prononciation : an-kan
Nature : s. m.

1Vente publique à l'enchère. Vendre à l'encan. Mettre à l'encan.
L'empire mis à l'encan par l'armée , BOSSUET , Hist. I, 10
La papauté était à l'encan [en 1034], ainsi que presque tous les évêchés , VOLT. , Moeurs, 36
2Fig.
Ce malheur est venu de quelques jeunes veaux Qui mettent à l'encan l'honneur.... , RÉGNIER , Sat. IV
La justice à l'encan, l'innocent oppressé , RÉGNIER , ib. VI
XVe s.
Tellement que comme à l'inquant se bailloient les dites prelatures , Arrest du parlement, dans MÉNAGE, encan
Mettre à l'encant , DU CANGE , incantare
Un acheteur de biens vendus à l'encant , MÉNAGE , encan.
En encan se vend autant bran que farine , LEROUX DE LINCY , Prov. t. II, p. 129
Génev. incan, inquant ; provenç. enquant, encant ; catal. encant ; anc. espagn. encante ; espagn. mod. encanto ; ital. incanto ; du latin in quantum, à combien. Les formes inquant, enquant, et le sens prouvent cette origine ; ce qui écarte le verbe incantare, crier en une sorte de chant ; bien qu'on ne puisse nier qu'incantare ait agi par une fausse assimilation, et ait produit, par exemple, enchantement, pour action de mettre à l'encan : XIIIe s.
Se vendre à l'enchantement , DU CANGE , incantare.