EMPOURPRER

Prononciation : an-pour-pré
Nature : v. a.

Colorer de pourpre ou de rouge.
Commençons par ce corps d'albâtre dont mon fils a publié les merveilles et qu'il appelle le temple de la blancheur ; prenez vos scions, filles de la nuit, et me l'empourprez si bien que cette blancheur ne trouve pas même un asile en son propre temple , LA FONT. , Psyché, II, p. 173
Bacchus lui-même aux vendanges Vient empourprer le raisin , FÉN. , t. XXI, p. 291
La flamme des vaisseaux empourpre la voilure , V. HUGO , Crép. I
....Le sang empourprait d'un rouge plus ardent Sa crête dentelée [du serpent] , V. HUGO , Orient. 26 S'empourprer, prendre la couleur de pourpre. L'horizon s'empourprait.
XVIe s.
J'empourpreroy mes plumes en mon sang, Pour tesmoigner la peine que j'endure , RONS. , 77
En 1, et pourpre.