EMPAUMER

Prononciation : an-pô-mé
Nature : v. a.

1Recevoir une balle, un éteuf dans la paume de la main ou en pleine raquette, et les relancer avec vigueur. Empaumer la balle. Fig. Empaumer la balle, saisir à propos le moment, l'occasion. 2Terme de chasse.
Une part de mes chiens se sépare de l'autre, Et je les vois, marquis, comme tu peux penser, Chasser tous avec crainte, et Finaut balancer : Il se rabat soudain, dont j'eus l'âme ravie ; Il empaume la voie , MOL. , Fâcheux, II, 7 On dit que les chiens empaument la voie, quand, rencontrant la piste, ils la suivent avec ardeur.
3Fig. Empaumer une affaire, la bien saisir, la bien conduire. Empaumer quelqu'un, se rendre maître de son esprit.
Je vois qu'il a, le traître, empaumé son esprit , MOL. , Éc. des femmes, III, 5
L'autre [fils de Turenne] d'un esprit faible, qu'on envoya à Rome, que les jésuites empaumèrent et que le pape fit prêtre , SAINT-SIMON , 21, 249
La reine [d'Espagne] se trouvait sans secours et sans ressource en elle-même, et le temps trop court pour qu'un autre eût le loisir de l'empaumer assez pour la rendre embarrassante pendant le reste de la vie du roi , SAINT-SIMON , 81, 54
XVIe s.
Empaulmer un soufflet [donner un soufflet] , OUDIN , Dict.
En 1, et paume de la main.