EMPATER

Prononciation : an-pa-té
Nature : v. a.

Fixer, attacher avec des pattes. Terme de charron. Empater des rais, faire les pattes des rais d'une roue. Terme de construction. Fonder la maçonnerie qui sert de base à un mur. Terme de marine. Entrelacer les torons de deux cordages. Joindre deux pièces de bois juxtaposées. En 1, et patte. 1Couvrir de pâte ou de matière pâteuse. Cela m'a empâté les mains.
Vous lui empâterez [à Cerbère] ses trois gueules en lui jetant dans chacune une de vos boules de cire , LA FONT. , Psyché, II, p. 190 Remplir de pâte les trous d'une meule de moulin.
2Empâter une volaille, l'engraisser avec une pâte composée. 3Terme de peinture. Donner de l'épaisseur aux couleurs, surtout aux carnations, en les couvrant et recouvrant plusieurs fois. Terme de gravure. Mélanger des points faits à la pointe sèche et des points faits à l'eau-forte avec les tailles et les hachures. 4Rendre pâteux, épais. Empâter la langue. 5S'empâter, v. réfl. Devenir pâteux, épais. La langue s'empâte. XIIIe s.
Nus ne puet metre en sele ne en escu, de quelque maniere que la sele ou li escu soit, chose emprientée, [pressée, comprimée] ne empastée , Liv. des mét. 209
XVIe s.
Par dessus ajoutera on un rempar d'argile pour engarder l'eau, les vents, la chaleur, d'entrer dedans, l'empastant proprement, et par ce moien en couvrir toutes les joinctures , O. DE SERRES , 663
Son visage de rouge et de blanc empasté , D'AUB. , Trag. II
En 1, et pâte ; provenç. et espagn. empastar ; ital. impastare.