EMPATEMENT

Prononciation : an-pa-te-man
Nature : s. m.

1Ce qui sert de pied à quelque chose, pour le soutenir. 2Terme d'architecture. Épaisseur de maçonnerie qui sert de pied à un mur. Pièces de bois qui servent de pied à une grue. 3Terme de jardinage. L'endroit, dit aussi talon de la tige, d'où sort la branche ou le rameau. 4La base qui sert à fixer les algues. Terme de marine. Entrelacement des torons de deux cordages réunis par une épissure. On ne voit pas pourquoi l'Académie, écrivant patte par deux t, écrit empatement par un seul t, et non empattement. Cela oblige, pour ne pas rompre davantage l'analogie, à écrire par un seul t empatage, empater, empature. Empater. 1État de ce qui est empâté ou pâteux. L'empâtement des mains. 2Engraissement des volailles. 3Terme de peinture. Action d'empâter un tableau. Terme de gravure. Effet que produit le mélange des points, des tailles et des hachures. 4État de ce qui est embarrassé comme par de la pâte. L'empâtement de la langue, de la voix. 5Terme de médecine. Gonflement mal circonscrit, qui, au toucher, donne le sentiment de la pâte. XVIe s.
Pour à toute extremité engraisser et chapons et poules, convient recourir à l'empastement , O. DE SERRES , 362
Empâter.