EMBUSCADE

Prononciation : an-bu-ska-d'
Nature : s. f.

1Lieu caché où l'on attend les ennemis pour les attaquer à l'improviste et à son avantage. Dresser, préparer une embuscade. Donner, tomber dans une embuscade.
Ce que n'a pu jamais combat, siége, embuscade , CORN. , Cid, II, 9
Une embuscade est plus sûre dans un terrain plat et uni, mais fourré, que dans des bois, parce qu'on s'en défie moins , ROLLIN , Hist. anc. Oeuvres, v. I, p. 410, dans POUGENS
À peine cet officier [d'Assas] a-t-il fait quelques pas, que des grenadiers ennemis en embuscade l'environnent et le saisissent à peu de distance de son régiment , VOLT. , Louis XV, 33 Par extension, se mettre, se tenir en embuscade, se cacher, se poster, guetter quelqu'un au passage. Fig.
Elle se mettait en embuscade pour surprendre les coeurs , HAMILT. , Gramm. 7
2La troupe même qui est en embuscade.
Le sergent Laplace posta son embuscade , HAMILT. , Gramm. 3
XVIe s.
.... Qu'il devoit estre en quelque imboscade pour l'attraper au passaige , CARLOIX , VIII, 36
Ital. imboscata, d'imboscare (voy. EMBUSQUER).
Avant d'avoir reçu cette forme italienne, on disait embuschement : Quand les autres compagnons qui estoient embuschés assez près de là ouirent le cor, ils saillirent hors de l'embuschement , FROISS. , I, I, 131