EMBRUMER (S')

Prononciation : an-bru-mé
Nature : v. réfl.

Se charger de brume.
Le ciel s'embrume , HELVÉTIUS , cité dans les Dict.
XVIe s.
.... Et les eaux embrumées D'oraiges, vens, naufrages et tempestes , J. MAROT , V, 59
D'un roide cours les nues embrumées Va conduisant, qui petites fumées Semblent jetter , J. MAROT , IV, 43
En 1, et brume. EMBRUMER (S'). Ajoutez :
L'horizon s'étant de nouveau embrumé, j'ai dû mettre la machine à petite vitesse et faire fonctionner le sifflet , Rapport, Journ. offic. 11 oct. 1873, p. 6309, 1re col.
Activement. Couvrir d'une brume. Fig.
La langue italienne, disait Gioberti, sculpte les objets ; la langue française les peint, en les montrant rapprochés, avec des traits délicats et fins, mais nets, polis et distincts ; on peut dire que la langue allemande les ébauche et les embrume en les traçant d'une façon perplexe, comme les lointains des peintures , MARC MONNIER , Journ. des Débats, 25 janv. 1876, 3e page, 4e col.