EMBROCHER

Prononciation : an-bro-ché
Nature : v. a.

1Mettre de la viande à la broche. Embrocher un gigot. Absolument.
Vatterville dit à l'hôte qu'il a assez d'appétit pour tout manger [le gigot et le chapon] ; l'hôte n'ose répliquer et embroche , SAINT-SIMON , 100, 64
2Par extension et familièrement, embrocher quelqu'un, le percer d'un coup d'épée.
[à des marmitons qui s'ébattent avec leurs broches] Et vous aussi, vous embrochez les chrétiens , VITET , Scènes hist. Les états de Blois, sc. 1
3S'embrocher, v. réfl. Se percer soi-même. Il se jeta sur son adversaire, et s'embrocha lui-même. Les deux adversaires s'embrochèrent l'un l'autre. XIVe s.
L'en les trenche par tronçons, et sont embrochiés par hastelets , Ménagier, II, 5
Laver, embrocher et cuire longuement , ib.
En 1, et broche ; picard, embroker. EMBROCHER. - HIST. Ajoutez : XVIe s.
Un sien escuyer portant son pennon, de la lance duquel il embrocha un Turc à travers le corps , PARADIN , Ch. on. de Savoye, p. 301