EMBRASER

Prononciation : an-brâ-zé
Nature : v. a.

1Mettre en braise. Embraser une ville.
.... Et vous ne craignez pas Que du fond de l'abîme entr'ouvert sous ses pas Il ne sorte à l'instant des feux qui vous embrasent , RAC. , Athal. III, 5
2Rendre extrêmement chaud. Le soleil embrasait l'atmosphère.
Une chaleur pénétrante brûlait nos yeux ; un air dévorant, des cendres étincelantes, des flammes détachées embrasaient notre respiration courte, sèche, haletante et déjà presque suffoquée par la fumée , SÉGUR , Hist. de Napol. VIII, 7 Fig. Exalter, échauffer. La religion les embrase d'un saint zèle. L'amour l'a embrasé de tous ses feux.
C'est moi qui, les rendant l'un de l'autre jaloux, Vins allumer le feu qui les embrase tous , RAC. , Mithr. V, 1
Quand, sous le ciel d'amour, où mon âme est ravie, Je presse sur mon coeur un fantôme adoré, Et que je cherche en vain des paroles de vie Pour l'embraser du feu dont je suis dévoré , LAMART. , Harm. III, 3
3Livrer à la guerre, à la ruine, au désordre.
Embrasez par nos mains le couchant et l'aurore , RAC. , Mithr. III, 1
4S'embraser, v. réfl. Prendre feu. Cette matière s'embrase facilement. Fig.
Si votre coeur ainsi s'embrase en un moment , CORN. , le Ment. I, 2
XIIe s.
E s'aïra [se courrouça] e embrasa selon le dit de la loi , Machab. I, 2
Ou cierge espris, ou lanterne enbrasée , Ronc. p. 157
Se il veïst ses fiz e sa femme enterrer, E trestute sa terre ardeir e enbraser , Th. le mart. 133
Dunc fu de tutes parz mautalent [colère] enbrasez , ib. 135
XIIIe s.
Car amours m'embrase et atise , Lay d'amours, dans JUBINAL, t. II, p. 197
Et Esclas, qui est ainsi come tos [tout] embrasés de l'amour à la damoisiele deslors qu'il le [la] vit , HENRI DE VAL. , XII
Et quant chil [ceux] qui Lyenart tenoient virent l'empereour embrasé d'ire et de mautalent , HENRI DE VAL. , III
Quant la royne se esveilla, elle vit la chambre toute embrasée de feu , JOINV. , 286
Embraseras-tu la teue ire [ta colère] issi [ainsi] vers nos ? , Psautier, f° 97
XIVe s.
E Diex ! qu'est che d'argent ? chiens [celui-là] le sot [sut] bien nommer, Qui argent [ard gent, brûle gent] l'apella : les gens fait embraser , Baud. de Seb. II, 25
XVe s.
La grande abondance de vertus qui estoyent en celuy vaillant homme, embrasa tellement les envieux contre luy que.... , Boucic. III, 13
XVIe s.
Clermont essaia encores une fois deux barques embrasées [brûlots] sur les navires de Lansac , D'AUB. , Hist. II, 30
Le roi estant à Lion s'embrasa d'une des plus apparentes femmes de la ville , D'AUB. , ib. III, 331
Qui peult embraser son ame de l'ardeur de cette vifve foy et esperance.... , MONT. , I, 283
Alexandre assiegeoit une ville aux Indes ; ceulx de dedans, se trouvants pressez, se resolurent vigoureusement à le priver du plaisir de cette victoire, et s'embraiserent universellement touts quand et leur ville , MONT. , II, 37
En 1, et braise ; provenç. embraser. Terme d'architecture. Synonyme d'ébraser, qui est beaucoup plus employé.