EMBOUER

Prononciation : an-bou-é
Nature : v. a.

Salir de boue. Terme de construction. Enduire de boue. Embouer une muraille. S'embouer, v. réfl. Se salir de boue. XIIe s.
Trez tuz enboez de tai [fange] , Th. le mart. 163
....Que la pense [pensée] ne soit enboée d'alcune tache de pechiet , Job, p. 492
XIIIe s.
Sans ses pieds gaires emboer , la Rose, 12620
Luxure emboe tout et gaste, et riens ne rince, Car en tous les estaz mort ou acroiche ou pince, D'un duc fait ung vilain, et d'ung vilain ung prince , J. DE MEUNG , Test. 1805
XVe s.
Il regarde l'escu du chevalier ; mais il estoit si emboué qu'il n'y eust point de cognoissance ; dont print il de l'herbe, et lui torcha son escu , Perceforest, t. I, f° 59
XVIe s.
Le vilain, comme il a emboué ma paillasse de ses pieds ! , DESPER. , Contes, VIII
En 1, et boue.