EMBELLISSEMENT

Prononciation : an-bè-li-se-man
Nature : s. m.

1Action d'embellir, d'orner quelque chose. L'embellissement d'une ville.
Ils [les cosaques] ajoutaient que c'était un larcin fait à son pays [aller mourir en terre étrangère] ; que, vif, on se devait à sa culture, à sa défense, à son embellissement ; que, mort, on lui devait son corps qu'on tenait de lui, qu'il avait nourri, et dont à son tour on devait le nourrir , SÉGUR , Hist. de Napol. VIII, 10 La chose même qui embellit. Faire de nouveaux embellissements à sa demeure.
2Ornement. Les embellissements d'un discours. Action d'ajouter à une histoire, à un récit des traits qui ne sont pas vrais. XVIe s.
Il [Plutarque] est si universel et si plein qu'à toutes occasions, et quelque subject extravagant que vous ayez prins, il s'ingere à vostre besongne, et vous tend une main libérale et inespuisable de richesses et d'embellissements , MONT. , III, 355
Embellir.