EMBARRER

Prononciation : an-ba-ré
Nature : v. a.

1Enfermer avec des barres, prendre entre des barres. 2Terme de marine. Faire tourner la barre du gouvernail plus qu'il ne convient. On dit plus souvent barrer. 3V. n. Engager un levier sous un fardeau pour le soulever. 4Terme de verrerie. Saisir le creuset par la ceinture. 5S'embarrer, v. réfl. Un cheval s'embarre, quand il se prend les jambes entre les barres de l'écurie. XIIe s.
De lor espées font esgrener l'acier, Et les vers elmes enbarer [enfoncer] et trenchier , R. de Cambrai, 176
XIVe s.
Et jà fust Malepaie dedans la ville entrez, Quant d'une hache fu tellement assenez Qu'il fu en mi le trou abatus et tombez, E fu son basinet en son chief embarrez , Guesclin. V. 20236
XVe s.
Et lui avala une dague qu'il tenoit sur le chef qu'il avoit tout nu, et lui embarra là dedans , FROISS. , II, II, 43
XVIe s.
Saige chevalier a voulentiers gros chef à l'avenance du corps, et rond, et bien peu embarré selon les temples , Rosier hist. I, 4
L'extremité de l'elevatoire se coule par dessous l'os embarré [enfoncé] et fracturé , PARÉ , VIII, 5
En 1, et barre ; provenç. et espagn. embarrar ; ital. imbarrare.