EAU

Prononciation : o ; mais au pluriel on prononce les ô. Bèze, XVIe siècle, dit que eau se prononce eo, un e fermé se
Nature : s. f.

1Substance liquide, transparente, sans saveur ni odeur, réfractant la lumière et susceptible de dissoudre un grand nombre de corps. Eau de source, de pluie. Eau courante, dormante. L'eau se trouve dans la nature à trois états, solide, liquide, gazeuse. Une goutte d'eau.
Tant de seaux d'eau que j'ai tirés au puits pour elle ! , MOL. , Bourg. gent. III, 9
Ne crains pas, mon cher enfant, que l'abondance de l'eau affaiblisse ou refroidisse ton estomac , LESAGE , Gil Blas, II, 3
Apportez-moi un verre d'eau , MOL. , Comt. d'Escarb. VI L'eau potable (par opposition à eau pure), eau qui se boit et qui, pour être bonne, doit être limpide, inodore et d'une saveur agréable, tenir en dissolution une proportion convenable d'air atmosphérique et d'acide carbonique, dissoudre facilement le savon et être propre à la cuisson des légumes secs. Eau marécageuse, eau des marais, des mares, des étangs, qui est toujours chargée de matières végétales et animales en putréfaction. Eau de mer, eau amère, chargée de sels et principalement de sel de cuisine, et remplissant le vaste bassin des mers. Eau distillée, celle qu'on obtient en distillant l'eau de pluie ou de rivière, et qui ne contient plus ni matières solides ni oxygène. Eau claire, par opposition à l'eau bourbeuse ou à l'eau mêlée d'une substance utile ou agréable. Fig. Eau claire, un résultat illusoire.
Mais quoi ! que feras-tu que de l'eau toute claire ? Traversé sans repos par ce démon contraire, Tu vois qu'à chaque instant il te fait déchanter , MOL. , l'Étour. III, 1
Près du beau sexe un vieux barbon Ne fait que de l'eau claire , DANCOURT , Eaux de Bourbon, Divert.
Ne sentir que l'eau, être insipide. Eau rougie, eau mêlée d'une légère quantité de vin rouge. Eau panée, eau dans laquelle on a fait tremper du pain grillé pour en adoucir la crudité. Eau ferrée, eau dans laquelle on a éteint un fer rouge ou fait rouiller des clous. L'eau ferrée est fortifiante. Eau battue, eau qu'on a versée plusieurs fois d'un vase dans un autre. Eau blanche, boisson alimentaire formée par l'eau et la farine ou le son et qu'on donne aux animaux domestiques. Eau de savon, eau dans laquelle du savon est dissous. Eau d'empois, eau dans laquelle on a mis de l'empois. Voie d'eau, ce que contiennent les deux seaux d'un porteur d'eau. Familièrement. Un buveur d'eau, celui qui ne boit que de l'eau, ou qui met beaucoup d'eau dans son vin. Il ne gagne pas l'eau qu'il boit, il ne vaut pas l'eau qu'il boit, se dit d'un homme inutile, fainéant. Être au pain et à l'eau, n'avoir que du pain à manger et de l'eau à boire. On le mit en prison, au pain et à l'eau. Tenir eau, se dit d'un vase, d'un cuvier, etc. qui, n'ayant ni trou, ni fissure par où l'eau puisse couler ou suinter, la retient.
Par ce moyen, vous verrez s'il tient eau , LA FONT. , Cuv.
Gare l'eau là-bas, se dit quand on veut jeter de l'eau par les fenêtres, surtout dans les villes où il n'y a pas de conduits pour les eaux ménagères. Par extension, on le dit de tout ce qu'on jette par les fenêtres. Porter de l'eau à la rivière, ou porter l'eau à la mer, donner à quelqu'un qui est riche, apporter une chose qui abonde déjà.
Où vas-tu, insensé que tu es ? tu vas porter de l'eau à la rivière , LESAGE , Estev. Gonzalez, ch. VI
C'est une goutte d'eau dans la mer, se dit d'une quantité très petite qu'on ajoute à une quantité extrêmement grande. Terme de manége. Abattre l'eau, essuyer le corps d'un cheval sortant de l'eau ou en sueur. Rompre l'eau à un cheval, l'interrompre, l'obliger à boire à plusieurs reprises. Se ressembler comme deux gouttes d'eau, se ressembler parfaitement.
J'aurai le plaisir de voir des créatures qui seront sorties de moi, de petites figures qui me ressembleront comme deux gouttes d'eau , MOL. , Mar. for. 2
Fig. Aller à l'eau chez un autre, empiéter sur ce qui est à lui.
N'allez point à l'eau chez un autre , LA FONT. , Pâté.
On dit qu'un domestique est allé à la bonne eau, quand il est trop longtemps à revenir d'un message. Il faut qu'il fasse voir de son eau, qu'il montre de son eau, se dit d'un homme qui, n'étant pas connu, doit montrer ce qu'il sait faire.
Qu'ils montrent de leur eau, qu'ils entrent en carrière , RÉGNIER , Sat. IX
Il n'y a que de l'eau à boire, se dit d'une industrie qui n'offre que de médiocres bénéfices.
Il fallait qu'il [le P. Campanelle] donnât de son côté de grandes espérances ; sans cela il n'y a pas de l'eau à boire dans ce métier-là [d'astrologue] , FÉN. , t. XIX, p. 414
Croyez cela, et buvez de l'eau, c'est à peu près la même figure, autrement tournée, en parlant d'une chose absurde, c'est-à-dire croyez-le et vous n'y gagnerez rien. Il se noierait dans un verre d'eau, se dit d'un homme malhabile à qui il arrive malheur dans tout ce qu'il touche. C'est une tempête dans un verre d'eau, se dit de violentes querelles, de violents tumultes dans un tout petit cercle. On a appelé les commotions de la république de Genève des tempêtes dans un verre d'eau. Il jouerait les pieds dans l'eau, se dit d'un homme possédé de la passion du jeu. Tenir le bec dans l'eau, voy. BEC. Vert d'eau, vert semblable au vert de l'eau. On dit dans le même sens couleur d'eau. Une étoffe couleur d'eau. Il a mis de l'eau dans son vin, se dit d'un homme dont la colère est tombée, dont les prétentions ont baissé. Épreuve de l'eau, épreuve à laquelle la justice du moyen âge soumettait un accusé. Les épreuves dont l'usage était le plus universellement adopté étaient celles de l'eau froide et de l'eau chaude.
Les seigneurs ecclésiastiques qui ne possédaient pas un champ clos, rendaient aussi la justice : si le plaideur avait demandé l'épreuve de l'eau froide, on lui liait les membres et on le plongeait nu dans la cuve ; si son corps ne surnageait pas, le jugement de Dieu décidait sa culpabilité ; dans le cas contraire, son innocence ; l'épreuve de l'eau chaude était plus cruelle : il fallait que le champion qui s'y soumettait n'éprouvât aucune douleur dans les flots de cette eau brûlante , BARGINET , Hist. du gouv. féod. II, 2
2Dans l'ancienne philosophie naturelle, l'un des quatre éléments qui constituaient toute chose.
Les éléments, le feu, l'air, et la terre, et l'eau , RAC. , Plaid. III, 3 On dit des enfants qu'il les faut garder de feu et d'eau jusqu'à sept ans. C'est le feu et l'eau, se dit de deux choses contraires, ou de deux personnes qui diffèrent essentiellement de sentiments et d'opinions.
3Terme de chimie. Corps composé, qui résulte de la combinaison de 88,91 parties d'oxygène avec 11,09 d'hydrogène en poids, et, en volume, de 1 d'oxygène et de 2 d'hydrogène. Eau oxygénée, deutoxyde d'hydrogène, péroxyde d'hydrogène. Eau de cristallisation, l'eau que les sels retiennent en combinaison lorsqu'ils cristallisent. Eau de constitution, celle qui fait partie d'un sel de telle manière qu'on ne peut la lui enlever par la chaleur, etc. sans en changer la cristallisation et les réactions chimiques ; tandis que l'eau de cristallisation est chassée sans que ces propriétés changent. Eau mère, résidu d'une dissolution saline qu'on a fait cristalliser, lorsque cette eau, épaissie, refuse de donner des cristaux. Eau de carrière, eau qu'on rencontre dans les pores de la plupart des roches, surtout de celles qui appartiennent aux terrains stratifiés. 4Mer, rivière, étang, lac.
Et l'eau grosse et rapide et la nuit assez noire , CORN. , Cinna, IV, 2
Nous ressemblons tous à des eaux courantes , BOSSUET , Duch. d'Orl.
Nous allons sans cesse au tombeau, ainsi que des eaux qui se perdent sans retour , BOSSUET , ib.
C'est lui qui me sauva de ce grand péril que vous savez que je courus dans l'eau , MOL. , l'Av. V, 4
Et la flamme à la main les suivre sur les eaux , RAC. , And. I, 2
Quand on a une expérience fondamentale sur la vitesse de l'eau, par exemple, celle de M. Guglielmini, par laquelle une eau qui est tombée de la hauteur d'un pied de Bologne parcourt en une minute 216 pieds 5 pouces d'un mouvement égal, on a sa vitesse pour toutes les chutes possibles , FONTEN. , Guglielmini. À Paris, l'autre côté de l'eau signifie la rive gauche de la Seine. Il demeure de l'autre côté de l'eau. Passer l'eau, aller sur la rive gauche de la Seine. Fig. Des gens de delà l'eau, des gens mal instruits des nouvelles et des affaires du temps. Les grandes eaux, afflux d'eau de pluie ou de neige qui grossissent les rivières et les fleuves. Il est arrivé que les glaces et grandes eaux de cette année ont endommagé deux piles et avants-becs, et que nombre de pierres des arcades ont été emportées, Conseil d'État, 4 janv. 1678. Eau plate, celle qui n'a pas de mouvement dans un terrain dont la pente ne lui en donne pas. Être comme le poisson dans l'eau, comme le poisson hors de l'eau, être dans une position très agréable, dans une position pleine d'angoisse. Se mettre dans l'eau de peur de se mouiller, se jeter dans le mal qu'on veut éviter. Fin comme Gribouille, qui se met dans l'eau de peur de la pluie, se dit d'un homme assez sot pour s'exposer à de grands dangers à l'effet d'en éviter un très petit. Pleine eau, se dit de la rivière où l'on va nager librement, par opposition aux bassins fermés où l'on s'exerce. Faire une pleine eau, sortir du bassin fermé et aller nager en pleine rivière. Fig. Nager en grande eau, être en pleine fortune. Être en grande eau, être dans l'abondance et dans la sécurité.
Puis bientôt en grande eau naviguer à souhait , BOILEAU , Sat. X
Nous verrons désormais Puységur nager en plus grande eau , SAINT-SIMON , 126, 138
Eau douce se dit de l'eau des rivières, des lacs, des étangs et des fontaines, par opposition à l'eau de mer. Poisson d'eau douce. Familièrement, marin d'eau douce, homme qui n'a navigué que sur les rivières, ou, par extension, homme qui a peu navigué en mer. Fig. Médecin d'eau douce, médecin qui ne donne que des remèdes faibles et sans efficacité, ou qui donne peu de remèdes. Eau trouble, eau d'une rivière ou d'un étang qui est mélangée de limon et qui convient pour certaines pêches. Pêcher en eau trouble, et fig. faire des affaires peu honorables. On dirait qu'il ne sait pas troubler l'eau, qu'il ne sait pas l'eau troubler, se dit d'un homme qui paraît simple et qui ne l'est pas. Fig. Tomber dans l'eau, ne pas réussir. Cette affaire est tombée dans l'eau.
La requête, que le régent n'avait renvoyée à personne, était tombée dans l'eau , SAINT-SIMON , 464, 35
Revenir sur l'eau se dit d'un homme qui, tombant dans l'eau, reparaît à la surface. Fig. Revenir sur l'eau, se dit d'un homme qu'on croyait abîmé et qui rétablit ses affaires.
La Bazinière, fameux financier, puis trésorier de l'épargne, fut longtemps en prison, puis revint sur l'eau , SAINT-SIMON , 120, 67
Se dit aussi d'un projet qu'on croyait abandonné et qui est remis sur le tapis. La loi de dotation est revenue sur l'eau. Terme de vénerie. Battre l'eau, se dit de la bête qui se jette dans la rivière ou un étang pendant qu'on la poursuit. Fig. Battre l'eau, prendre une peine inutile.
Tu vois qu'à chaque instant il te fait déchanter, Et que c'est battre l'eau de prétendre arrêter.... , MOL. , l'Étourdi, III, 1
C'est battre l'eau, monsieur, lui dis-je [à Beauvillier], que répéter toujours la même chose , SAINT-SIMON , 334, 129
Se jeter à l'eau, se noyer exprès. Se jeter dans l'eau, se mettre à l'eau, entrer dans l'eau pour quelque dessein. À l'eau ! cri pour jeter quelqu'un à l'eau, et cri de marchand d'eau. Fig. Coup dans l'eau, coup d'épée dans l'eau, se dit d'une injure qui porte à faux ou d'une tentative sans résultat. Les eaux sont basses, se dit d'une rivière dont le niveau a baissé, et fig. l'argent manque. Nager entre deux eaux, nager en mettant sous l'eau la tête qu'on ne retire que pour respirer, et fig. se ménager entre les différents partis.
Le P. de la Rue, jésuite de tous points, passa toujours pour nager à la superficie, entre deux eaux [dans la controverse sur le quiétisme] , SAINT-SIMON , 45, 21
Pour éviter bien des maux, Veut-on suivre ma recette ? Que l'on nage entre deux eaux , BÉRANG. , Petits coups.
D'ici là il passera de l'eau sous les ponts, se dit quand on croit qu'une chose ne se fera pas de sitôt ou ne se fera jamais. Laisser couler, courir l'eau, ne point se soucier comme vont les affaires. Faire venir l'eau au moulin, faire venir de l'argent à la maison, donner du débouché à une industrie. Le fil de l'eau, le courant. À fleur d'eau, à la surface de l'eau. Terme de marine. Faire eau, avoir, en parlant d'un navire, quelque trou par où l'eau de mer s'introduit.
Alcibiade ne renversera-t-il pas ma barque qui est vieille et qui fait eau partout ? , FÉN. , t. XIX, p. 211
Voie d'eau, ouverture faite à la carène d'un navire et par laquelle l'eau entre dans le bâtiment. Faire de l'eau, faire provision d'eau douce, pour la navigation. Ligne d'eau, celle que le niveau de la mer trace sur un bâtiment chargé. Recevoir un coup à l'eau, être percé à l'eau, recevoir un coup de canon dans quelque partie du bordage qui est cachée par l'eau. Les eaux d'un navire, son sillage. Être sur l'eau d'un autre vaisseau, le suivre et faire la même route. Être dans les eaux d'un navire, gouverner dans le même sillage, et fig. Être dans les eaux de quelqu'un, être de son parti, de son opinion. Eaux fermées, eaux prises par la glace. Eau maigre, eau peu profonde. Même eau, celle qui ne donne pas de changement au sondage. Haute eau et basse eau, se dit de la marée haute et basse. Eaux mortes, petite marée ; eaux vives, grande marée.
5Eau jaillissante, eau qui sort de terre par un jet. Par extension, eaux jaillissantes, ou, absolument, les eaux, les eaux de Versailles ou de tout autre lieu où sont disposés des conduits qui lancent l'eau en jets et la versent en nappes. Donner les eaux, faire jouer les eaux de Versailles en l'honneur d'un personnage. 6Eaux minérales, eaux qui se sont chargées de substances fixes ou volatiles dans leur filtration à travers certains terrains. Eaux minérales artificielles, celles que l'art prépare en imitation des eaux minérales fournies par la nature. Absolument. Les eaux. Faire une cure d'eaux. Les eaux de Baréges, d'Aix, de Spa.
Il faut cette préparation avant que de prendre les eaux , SÉV. , 272
Le lieu où se prennent les eaux.
Il parle d'aller aux eaux , SÉV. , 40
Vous pouvez, madame, aller aux eaux , BOSSUET , Lett. quiét. 38
7Eau de riz, eau d'orge, eau dans laquelle on a fait bouillir du riz, de l'orge. Eau de veau, eau de poulet, bouillon très léger de veau, de poulet.
On me fait prendre tous les jours de l'eau de poulet , SÉV. , 280
8Eau bénite, eau consacrée par le prêtre. Faire l'eau bénite, faire la cérémonie de la bénédiction de l'eau.
J'oublie de dire que, pendant cette eau bénite, d'autres gardes du corps gardèrent et garnirent l'hôtel de Conti , SAINT-SIMON , 220, 223
Eau bénite de cour, expression proverbiale pour exprimer les vaines protestations d'amitié ou de protection. Donneur d'eau bénite, faiseur de promesses en l'air. Populairement. Eau bénite de cave, le vin. Eau grégorienne, eau bénite mêlée de vin et de cendres pour purifier les églises polluées. Le baptême.
Il lave nos forfaits dans une eau salutaire , CORN. , Polyeucte, I, 1
J'allais moi-même Répandre sur son front l'eau sainte du baptême , VOLT. , Zaïre, II, 3
Eau lustrale, eau consacrée chez les païens aux lustrations et aux ablutions.
9Pluie. Il tombe de l'eau. Le ciel est couvert, nous aurons de l'eau. Le ciel se fond tout en eau. Il va venir de l'eau. 10Suc des fruits, des légumes. Ces pêches, ces melons ont beaucoup d'eau. 11Larmes.
Pleurez, pleurez, mes yeux, et fondez-vous en eau, La moitié de ma vie a mis l'autre au tombeau , CORN. , Cid, III, 3
Ce visage charmant tout en eau devant moi , LAMART. , Joc. III, 110
12Salive, seulement dans cette locution : L'eau en vient à la bouche.
À l'occasion de l'impression que les viandes font sur le cerveau, l'eau vient à la bouche, et on sait que cette eau est propre à ramollir les viandes, à en exprimer le suc, à nous les faire avaler , BOSSUET , Connaiss. III, 2 Fig. Se dit de ce qui excite un désir de possession.
L'eau m'en vient à la bouche , REGN. , le Bal, 7
13Sueur. L'eau lui coulait du front.
Je suis en eau ; prenons un peu d'haleine , MOL. , Éc. des femmes, II, 2
Le dos chargé de bois et le corps tout en eau , BOILEAU , P. div. 28
Maintenant, afin qu'un prédicateur ait bien fait, il faut qu'en sortant de la chaire il soit tout en eau , FÉN. , t. XXI, p. 107
Sous ce tombeau gît un pauvre écuyer, Qui tout en eau sortit du jeu de paume , J. B. ROUSS. , Ép III, 22 Suer sang et eau, se donner une peine infinie.
Je suais sang et eau pour voir si du Japon Il viendrait à bon port au fait de son chapon , RAC. , Plaid. III, 3
14Sérosité. Ampoules pleines d'eau. L'eau qui sort quand on lève un vésicatoire. 15Urine. Lâcher ou faire de l'eau. 16Au pluriel. Eaux, nom vulgaire du liquide amniotique, de celui qui entoure le foetus dans l'oeuf. Fausses eaux, écoulement plus ou moins abondant de sérosité, qui a lieu par les parties génitales à certaines époques de la grossesse, sérosité qui s'était accumulée entre l'amnios et le chorion, et qu'il ne faut pas confondre avec les eaux et le liquide amniotique. 17Terme de vétérinaire. Eaux aux jambes, maladie cutanée qui a son siége au pied et à la partie inférieure de la jambe, chez le cheval, et dont le symptôme caractéristique est le suintement d'une humeur à travers les pores de la peau. 18Lustre, brillant des diamants et des perles. Dans le commerce, on entend par eau la transparence du diamant, Dict. des arts et mét. Amsterd. 1767, au mot joaillier.
Les perles que Cléopatre avait en pendants étaient d'un prix inestimable, soit pour l'eau ou pour la grosseur , CITRI , Triumvirat, 3e partie, ch. 12, dans RICHELET
Ce diamant fut appelé le Régent ; il est d'une eau admirable et pèse plus de 500 grains , SAINT-SIMON , 466, 128
La drague, dans quelques ruisseaux [affluents du Mississipi], amène de grandes huîtres à perles, mais dont l'eau n'est pas belle , CHATEAUB. , Voy. Amér. 415 Terme de tanneur. Donner de l'eau, donner du lustre. Donner trois eaux au veau. Terme de chapelier. Donner de l'eau à un chapeau, lui donner du lustre. Terme de manufacture. Donner de l'eau à une étoffe, lui faire prendre le lustre en la mouillant légèrement et en la froissant sous la presse ou sous la calandre. Et pourront ainsi lesdits teinturiers donner l'eau et le lustre à toutes sortes d'étoffes de soie, Règlem. sur les manuf. août 1669, Teint. en soie, laine et fil, art. 86.
19Eau-de-vie, le produit de la distillation du vin et des liqueurs spiritueuses. Eau-de-vie de Cognac. Eau-de-vie de grain. Terme de commerce. Petites eaux, alcool très peu fort, résultant d'une première distillation et n'ayant pas subi de rectification, dont on se sert pour ramener à un degré inférieur des eaux-de-vie naturelles qui, par un coup de feu, sortent de l'alambic avec un degré trop élevé. 20Dans l'ancienne chimie on appelait eau tout liquide qui semblait à la vue avoir à peu près la consistance de l'eau, soit que l'eau y entrât pour la plus grande partie, comme dans l'eau-forte, l'eau seconde, etc. soit qu'elle n'y fût que pour très peu, comme dans l'eau-de-vie. 21Eau, liqueur artificielle extraite de diverses substances ou préparée avec diverses substances. Eau acidule ou eau gazeuse, eau pure chargée de cinq fois son volume d'acide carbonique. Eau blanche ou eau végéto-minérale, ou eau de Goulard, mélange d'eau minérale et de sous-acétate de plomb liquide. Eau de Botot, eau pour les soins de la bouche, appelée sans doute ainsi du nom de l'inventeur. Eau céleste, liquide bleu obtenu en versant de l'ammoniaque liquide dans de l'eau distillée tenant en dissolution du sulfate de cuivre. Eau de Cologne, liqueur composée de diverses huiles volatiles de romarin, de fleur d'oranger, de lavande, que l'on dissout dans l'alcool et auxquelles on ajoute ensuite de l'eau de mélisse et de l'alcoolat de romarin. Eau d'Égypte ou eau grecque, ou eau mexicaine, ou eau africaine, solution d'azotate d'argent employée pour noircir les cheveux. Eau-forte, acide azotique du commerce. Une eau-forte est aussi une estampe tirée sur une planche préparée à l'eau-forte. Eau générale, alcoolat composé avec une foule de plantes aromatiques et des substances balsamiques et résineuses. Eau de goudron, liquide odorant et acidule qu'on obtient en faisant macérer le goudron dans l'eau. Eau impériale, alcoolat composé avec un grand nombre de plantes aromatiques. Eau de javelle, chlorite de potasse liquide. Eau de lavande, mélange d'essence de lavande, de teinture d'ambre, d'eau de Cologne et d'alcool. Eau de Luce, liquide laiteux, d'une odeur forte, d'une saveur âcre et caustique, que l'on emploie dans les évanouissements, en aspiration par le nez, ou à l'intérieur (quelques gouttes dans un verre d'eau sucrée). Eau phagédénique, solution de chlorhydrate de chaux, tenant en suspension du deutoxyde de mercure. Eau régale, mélange d'acides chlorhydrique et azotique, dont on se sert pour dissoudre l'or et le platine. Eau de la reine de Hongrie, nom donné à l'alcoolat de romarin. Eau rouillée, la même que l'eau ferrée, voyez au numéro 1. Eau seconde, acide nitrique affaibli ; se dit aussi d'une lessive caustique de potasse ou de soude connue encore sous le nom de lessive des savonniers et dont se servent les peintres. Eau sédative, liqueur composée d'ammoniaque liquide, d'alcool camphré, de sel marin et d'eau commune. Eau spiritueuse, liqueur obtenue en distillant de l'alcool sur des substances végétales à principes volatils. L'eau spiritueuse se nomme aujourd'hui alcoolat. Eau sulfureuse, dissolution de sulfure de sodium cristallisé, de carbonate de soude cristallisé et de chlorure de sodium. Eau-de-vie allemande, nom d'un très fort purgatif. Eau vulnéraire, eau aromatique employée par le vulgaire dans les coups et contusions. 22Eau d'ange, ancienne eau aromatique, analogue à l'eau de rose ou à celle de fleur d'orange.
À la main droite, près de l'autel [il s'agit d'un baptême], il y avait une table sur laquelle étaient deux carreaux de drap d'or, avec un grand vase d'eau d'ange , MALH. , Lett. à Peiresc, 23 juin 1614
23Eaux et forêts, voy. FORÊT. L'eau est entrée dans ses souliers par le collet de son pourpoint, se dit, par une méchante plaisanterie, d'une personne qui s'est noyée. Si on l'envoyait à la rivière, il n'y trouverait point d'eau, se dit d'un homme malhabile qui ne sait pas trouver les choses les plus communes. Eau qui dort, caractère sournois et doucereux. Il n'y a pire eau que l'eau qui dort.
Il n'est, comme on dit, pire eau que l'eau qui dort , MOL. , Tart. I, 1
Tant va la cruche à l'eau, voy. CRUCHE.
Eaux est un pluriel collectif, comme airs, cieux. Quand on dit se perdre sous les eaux, périr dans les eaux, les eaux dans ces phrases n'indiquent pas plusieurs eaux, mais une collection ou quantité indivise, JULLIEN., Toutefois eau a aussi un pluriel qui n'est pas collectif : j'ai bu des eaux de Vichy et de Spa, c'est-à-dire de l'eau de Vichy et de l'eau de Spa ; les eaux d'Arcueil et de Grenelle, c'est-à-dire l'eau d'Arcueil et l'eau de Grenelle. XIe s.
É s'il a en arere larecin amendé, alt [qu'il aille] à l'ewe [à l'épreuve de l'eau] , Lois de Guill. 17
Li val profond et les ewes courant , Ch. de Rol. CXXXVI
Issent de mer, viennent as ewes douces , ib. CLXXXVII
Et li evesque les ewes beneïssent , ib. CCLXVIII
XIIe s.
L'aigue du cuer lui est es els [yeux] montée , Ronc. p. 48
Que l'iave seut [a coutume de] percer la pierre bise , Couci, X
Iluec curreit une ewe de mestier en mestier ; Là se baignoit li sires pur sa char refreidier , Th. le mart. 94
XIIIe s.
À la cort ont l'auge criée, Et li vallet l'ont apportée ; Quant ont lavé, si sont asis , Le beau desconnu, dans Arch. des missions scientifiques, t. V, p. 168
Entre deus augues moult bruians Sist la cités, qui moult fu grans , ib. p. 170
S'aucuns est accuseis qu'il ait aucuns ochis et on ne le poet prover par tesmongnages loiaus, il se doit purgier del fait par le jugement del aigue froide , TAILLIAR , Recueil, p. 491
Et l'autre lui retrempe de fresche eaue en son vin [lui verse de l'eau fraîche en son vin] , Berte, LV
Car d'une sorce vient si haute L'ewe, qu'el ne puet faire faute , la Rose, 20690
Trop la tere est couverte de yaue et de nege , BEAUMANOIR , IX, 8
Li evesques du Pui de bien faire lor prie, La porte lor ovri, au nom sainte Marie, De l'aive beneoite lor fait grant departie , Ch. d'Ant. VIII, 193
Totes ces ewes qui sont teles naturelment [minérales], si les puet on faire par artefice, si com de faire boulir soufre en ewe douce et ensi des autres , ALEBRANT , f° 9
En cel vasciel l'arcideclin Fist Dieux servir, d'aige fait vin , PH. MOUSKES , ms. p. 283, dans LACURNE
XIVe s.
De ceste condition a moult de gens en ce monde, qui noent [nagent] entre deux eaux , Modus, f° LXVII, verso
C'est l'elixir et eau de vie, En qui toute euvre est assouvie , Nat. à l'alch. err. 1031
XVe s.
Et furent mis ens es navires et ballenieres plus de deux mille chevaux, lesquels avoient pourveance de foin, d'avoine, litiere et d'eau douce bien et largement , FROISS. , II, III, 32
Se hastoient les Anglois de passer cette Beauce pour le danger des yauves dont ils estoient à grand meschef pour eux et pour leurs chevaux , FROISS. , II, II, 69
Si estoient [ies chevaux] foulés et oppressés, combien qu'ils eussent esté bien gouvernés et approvendés de foins, d'avoine et d'aigue douce , FROISS. , II, III, 33
Il estoit le mois de mai que les eaues sont en leur douceur , FROISS. , II, II, 228
Si entendit bien le duc que c'estoit ung personnage forgié, et qu'on venoit querir eaue de loing puits , G. CHASTEL. , Chr. d. d. de Bourg. 2e partie, ch. 56
Entre deux eaues, comme le poisson noue [nage] , CH. D'ORL. , Ball. 105
Me partis bien matin du dict port de Sapience avec mes dictes galées, pour m'en venir mon chemin devers Gennes, en volonté de lever, au port de Ion, eaue dont mes dictes galées estoient mal fournies , Bouciq. hist. Paris, 1620, p. 258, dans LACURNE
Eve qui court ne porte point d'ordures , LEROUX DE LINCY , Prov. t. I, p. 65
Il n'a pas soif qui de eau ne boit , LEROUX DE LINCY , ib. p. 66
XVIe s.
Il semble qu'ils n'aient fait que battre l'eau en priant et que Dieu ait fait le sourd , CALVIN , Inst. 732
Il se retourna vers la muraille comme pour faire de l'eau, et là rompit ses lettres , MARG. , Nouv. XX
Ayant ces deux amants comploté de faire un pertuis en l'eau [fuir] et prendre la route d'Angleterre , YVER , p. 617
L'eau leur venoit à la bouche, tant elles desiroyent de taster seulement un petit morceau de friandises , LANOUE , 134
Par le moyen de la grande et longue despense, l'eau est venue à leur moulin , LANOUE , 334
La distillation des eaux et essences tirées de toutes sortes d'herbes, racines et fleurs , LANOUE , 479
Ptisane, eau bouillie, eau d'amendes , PARÉ , V, 9
Eau forte, huile de vitriol , PARÉ , V, 13
Eau fort qui aura servi aux orfevres, dite eau bleue , PARÉ , XVI, 15
La nourrice se gardera de boire eau crue, mais la fera bouillir , PARÉ , VI, 15
Eau de mareschal [ferrée] , PARÉ , VI, 19
Eau de forge , PARÉ , VI, 22
Eau d'orge, eau cuitte, en laquelle on mettra mie de pain, que nous appellons eau panée, ou bien hippocras d'eau ou eau bouillie puis meslée avec syrop rosat, violat ou aceteux , PARÉ , VIII, 14
Eau de Damas [sorte de parfum] , PARÉ , IX, 13
Eau forte esteinte [dite eau de separation]. Eau alumineuse, eau des alkemistes. Les ulceres seront touchées de l'eau de sublimé, ou de celle qui aura servi aux orfevres , PARÉ , XVI, 13
Les restaurans, coulis, pressis et eau de chair , PARÉ , XXIV, 22
De la maniere de distiller l'eau de vie appelée l'ame ou l'esprit du vin., -S, i tu veux avoir l'eau de vie excellente, la faut rectifier deux ou trois fois, voire jusqu'à sept , ID. , XXVI, 8
L'eau ardant autrement dit l'eau-de-vie , O. DE SERRES , 230
Elle ne sera jamais sans avoir des eaux, celeste, imperiale, de vie , O. DE SERRES , 887
L'eau fort, posée doucement avec du cotton dans la dent creuse, en appaise la douleur, et la fait casser estant corrompue , O. DE SERRES , 903
La pommade sera lavée dans eau nafe, ou dans eau de Damas, ou eau roze musquée , O. DE SERRES , 908
Et l'eau clairette façonneras ainsi : mettés tremper en une chopine d'eau de vie de la plus fine, trois onces de canelle triée, etc. , ID. , 936
Le laver quelquefois avec de l'eau d'ange, ou de naffe, ou de roze , O. DE SERRES , 945
L'eauve une foys eschauffée emprend plu tost gelée , GÉNIN , Récréations, t. II, p. 243
Vous en feriez acroire de belles aux gens de là l'eau , Contes de CHOLIÈRES, f° 96, dans LACURNE
Nicolas Roland, homme voué avec une passion extraordinaire au fait de la ligue, et sous ce titre avoit esté créé eschevin de Paris, la premiere année des troubles l'an 1588 ; toute fois, quelque temps après, il commença de mettre de l'eau sur son feu [à mettre de l'eau dans son vin, à en rabattre de son exaltation] , PASQ. , Lett. t. II, p. 309, dans LACURNE
Eau quoye jour et nuit Noye, submerge et nuit , LEROUX DE LINCY , Prov. t. I, p. 65
Eau trouble, gain du pescheur , LEROUX DE LINCY , ib.
Dans un mortier, de l'eau ne pile , LEROUX DE LINCY , ib.
L'eau fait pleurer, le vin chanter , LEROUX DE LINCY , ib.
C'est folie puiser l'eau au cribleau , LEROUX DE LINCY , ib. t. II, p. 262
Génev. aigue ; picard, iau, ieu ; wallon, aiwe ; Berry, aie (effe, signifiant eau, se trouve dans le nom de plusieurs localités du Berry) ; bourguig. éa ; provenç. aigua, aiga ; catal. aygua ; espagn. et portug. agua ; anc. ital. aigua ; ital. mod. acqua ; du latin aqua ; gaeliq. ab, abh, aba, eau ; kimry, ew ; goth. ahva ; anc. Haut allem. oha ; zend, âfs ; sanscr. ap ou âpas. Le mot eau de la langue littéraire actuelle provient d'une forme picarde qui était iaue et se prononçait sans doute iave ; du moins en vers elle est toujours de deux syllabes ; puis elle s'est contractée en eau monosyllabe, et la forme eve ou eghe est restée dans la catégorie des patois. Il n'y a pas d'autre étymologie à chercher que le latin aqua, qui a donné régulièrement eve ou ewe, comme equa, cavale, avait donné ive ou iwe. EAU. 1Ajoutez : Pêcher en eau trouble, voy. TROUBLE 2, n° 1.
Et voilà mon Marin [avocat de la partie adverse], les bras retroussés jusqu'au coude et pêchant le mal en eau trouble , BEAUMARCHAIS , 4e mémoire.
4Pleine eau. Ajoutez : Au plur. Des pleine-eau (avec un trait d'union).
L'ordonnance du 15 mai 1867 interdit absolument les pleine-eau, que le nombre des bateaux à vapeur mis en circulation pour les besoins de l'exposition universelle aurait certainement rendues dangereuses , MAXIME DU CAMP , Rev. des Deux-Mondes, 1er nov. 1867, p. 208
18Ajoutez : Fig. et souvent ironiquement. De la plus belle eau, ce qu'il y a de mieux en fait de personnes ou de choses.
Quant à l'homme de Missey, il ne faut pas y compter, c'est un réactionnaire de la plus belle eau , Gaz. des Trib. 20 nov. 1874, p. 1116, 1re col.
19Ajoutez : Eau-de-vie de bois, nom d'une certaine qualité d'eau-de-vie, dans les Charentes.
Le pays de bois s'étend jusqu'à la Rochelle ; il produit les eaux-de-vie de bois, qui sont les moins recherchées , HEUZÉ , la France agricole, p. 14
Eau-de-vie premier bois, deuxième bois, noms de certaines qualités d'eaux-de-vie (voy. BOIS, n° 21, au Supplément.
21Prendre de l'eau, se dit d'une rivière, d'un torrent qui, à sec, reçoit un afflux d'eau.
Une rivière appelée l'Alligator, qui ne prend d'eau que dans la saison des pluies , Journ. offic. 14 oct. 1873, p. 6366, 1re col.
22Dans le raffineries de salpêtre, eaux fortes (voy. FORT au Supplément). Ajoutez : 2. Une eau-forte, une estampe à l'eau-forte. Au plur. Des eaux-fortes. Ajoutez : VIIe ou VIIIe s.
Lapis tunc in aevis [in aquas] fluvio [fluvii] ruit , BOUCHERIE , Revue des langues romanes, t. V, p. 114 La forme aevis montre dans le bas-latin le passage à la forme de la langue d'oïl eve.